Sauvegarde du chapiteau de Tracadie: Maxime McGraw baisse les bras

La décision de la Municipalité régionale de Tracadie de finalement vendre son grand chapiteau, après plusieurs mois d’hésitation, a finalement eu raison d’un des membres du groupe d’artistes locaux intéressés à le garder. Le chanteur Maxime McGraw a tiré sa révérence, mercredi.

L’un des membres du populaire groupe Les Gars du Nord et fils du conseiller municipal Jean-Yves McGraw a choisi de se dissocier du regroupement, parce qu’il soutient qu’une partie du conseil municipal de la MRT «refuse de nous entendre».

«J’avais l’intention de m’engager dans ma communauté, mais beaucoup trop d’énergie négative en découle. C’est se battre à contre-courant pour l’instant. Vivement les élections de 2020», a-t-il fait part dans un court communiqué.

Joint chez lui, Maxime McGraw affirme qu’il préfère consacrer son temps à sa famille et à sa carrière professionnelle, «qui m’apportent davantage de positif». Il dit souhaiter la meilleure des chances à ses amis artistes dans la suite de leurs démarches, tout en espérant «surtout une ouverture de la part du conseil».

Lorsque la MRT avait décidé la première fois de vendre le grand chapiteau, elle était revenue sur sa décision après un appel de Wilfred LeBouthillier au maire Denis Losier. Les deux groupes semblaient prêts à collaborer pour organiser des concerts sous cette tente située à l’arrière de l’ancien bâtiment de Service Tracadie, également à vendre, dans le secteur Sheila.

Cependant, la Ville a toujours dit qu’elle ne mettrait plus un dollar dans la manipulation de cette infrastructure et a refusé une demande de collaboration financière de la part du groupe mené par Serge Brideau, le chanteur des Hôtesses d’Hilaire.

«Je me retire parce que le conseil n’a jamais vraiment eu l’intention de travailler avec nous, a révélé Maxime McGraw en entrevue au journal. Les élus ont fait un show de boucane avec ça. Le chapiteau me tient à coeur, mais je n’ai pas besoin de ce négatif autour de moi.»

Le chanteur trouve malheureux que la Municipalité régionale de Tracadie ait choisi de se départir d’un atout important pour la ville et la Péninsule acadienne.

«Ce chapiteau est un monument très important pour la région, pour tout le monde, pour les commerçants, pour les gens qui voulaient des spectacles. On perd gros. Une fois vendu, nous n’aurons plus le contrôle», craint celui qui en a informé les autres membres du groupe tard mardi soir.

L’artiste assure que lui et ses collègues n’étaient pas dans le dossier d’un possible acheteur de cette structure ni d’un potentiel locataire récemment annoncés. Il ajoute également que sa décision n’a rien à voir avec la position de son père au sein du conseil municipal, que certains ont soupçonnés être en conflit d’intérêts.

Pendant ce temps, une page Facebook Sauvegarde du chapiteau de Tracadie a été créée mercredi par l’organisatrice d’événements Denise McLaughlin. Elle était intervenue, lundi soir à la réunion ordinaire du conseil municipal, afin que la Ville conserve et utilise l’infrastructure pour l’organisation d’activités de financement pour les organismes locaux.