Service NB à Saint-Quentin: Robert Gauvin persiste et signe

Le vice-premier ministre Robert Gauvin persiste et signe; la fermeture du bureau de Service Nouveau-Brunswick à Saint-Quentin est une «injustice» qui sera corrigée.

S’il admet qu’aucune décision n’a encore été prise, M. Gauvin assure qu’une nouvelle analyse de l’achalandage de la succursale avant sa fermeture en 2015 suffira à convaincre son gouvernement de la rouvrir.

«On va prendre la décision puis il y aura surement des choses qui suivront. Il est trop tôt pour l’instant pour dire quand, mais une affaire dont je suis sûr, les chiffres sont derrière ce que j’ai dit à Saint-Quentin», a-t-il confié mercredi après la période de questions à l’Assemblée législative.

C’était la première fois que M. Gauvin répondait aux questions des journalistes sur ce sujet depuis son annonce du 6 mai lors d’un événement partisan à Saint-Quentin.

Robert Gauvin se défend d’avoir parlé trop vite même si le premier ministre Blaine Higgs et la ministre de Service NB, Sherry Wilson, ont tous les deux fait preuve de beaucoup plus de retenu sur le sujet depuis son annonce.

«Moi, j’ai soulevé une injustice qui avait été faite. Tout le monde est d’accord pour dire que c’était une injustice. Si je n’en avais pas parlé, on n’en aurait probablement pas parlé. Lorsqu’on va analyser les chiffres, on va tous arriver à la même conclusion (…) qui est que c’est une injustice qui a été faite et il faut la rectifier.»

«L’injustice, c’est qu’il n’y avait aucune raison (de fermer le bureau de Saint-Quentin). Même pour la fonction publique qui travaille dans ce ministère, il n’y avait aucune raison de fermer Saint-Quentin pour l’apporter à Kedgwick (sic). Les chiffres me donnent raison à 100%», insiste celui qui est aussi ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture.

Les succursales de Service NB à Saint-Quentin ainsi que dans cinq autres municipalités ont été fermées par le précédent gouvernement libéral en 2015 afin de réaliser des économies.

La succursale de Kedgwick, située à une vingtaine de kilomètres de Saint-Quentin, est toutefois demeurée ouverte.

À l’époque, les gens de Saint-Quentin avaient eu du mal à comprendre la décision de fermer leur succursale alors qu’elle était beaucoup plus achalandée que celle de leurs voisins. Selon la Chambre de commerce de Saint-Quentin, le volume de transaction était de 3,8 millions $ à Saint-Quentin contre 1,5 million $ à Kedgwick.

Les gens de Kedgwick n’ont toutefois pas à craindre pour leur succursale même si celle de Saint-Quentin devait rouvrir, assure le vice-premier ministre.

«J’ai aussi dit dans l’annonce quand j’étais à Saint-Quentin qu’on ne fermerait pas (celle de) Kedgwick et il n’y a rien qui a changé.»

Les autres communautés qui ont perdu leurs succursales en 2015 ne devraient toutefois pas avoir la même chance que Saint-Quentin, a laissé entendre Robert Gauvin.

«Le seul endroit au Nouveau-Brunswick ou ce changement est justifié, c’est Saint-Quentin. Aucun autre endroit ne s’en approche. Vous verrez les chiffres éventuellement. Il n’y a aucun autre endroit qui justifie la déclaration que j’ai faite à Saint-Quentin. Aucune autre.»