Des boules d’énergie qui font boule de neige à Paquetville

Des élèves de l’école Terre-des-Jeunes de Paquetville ont récemment décidé de combiner culture entrepreneuriale et saine alimentation. Depuis quelques semaines, la classe de 5e année de Mélissa Lanteigne produit une collation santé sous forme de boules qu’ils ont appelée Énerg-X.

Les boules Énerg-X sont faites entre autres de dattes, de flocons d’avoine, de carottes, de Wowbutter, de pépites de chocolat noir, de miel – celui d’un producteur de la localité – ainsi que de raisins secs. Les élèves se sont inspirés de diverses recettes pour créer leur gueuleton santé, après avoir analysé diverses collations qui se trouvaient dans leurs boîtes à lunch.

«Nous avons trouvé que les collations qui nous étaient offertes n’étaient pas toujours bonnes pour la santé», explique Amy Landry, l’une des élèves ayant participé au projet.

Les élèves ont donc planché sur un entre-repas qui pouvait à la fois leur donner de l’énergie et favoriser une meilleure nutrition. Le groupe a mis son projet sur les rails au retour du Congé de mars sous forme de microentreprise.

«Nous avons élaboré les postes avec l’aide de notre conseillère en orientation. Par la suite, il a fallu que mes élèves rédigent chacun leur Curriculum Vitae pour que je les reçoive ensuite en entrevue pour déterminer quels postes ils allaient décrocher. Tout le processus s’est fait de manière très formelle, afin que les élèves apprennent comment ça se déroule dans le marché du travail dans la vraie vie», souligne l’enseignante Mélissa Lanteigne.

Comptabilité, cuisine, promotion mise en marché… Chaque élève a donc revêtu un chapeau qui lui convenait.

Leurs boules Énerg-X ont rapidement connu du succès dès leur mise en marché. À tel point que la classe peine à suffire à la demande. Les profits amassés avec leur collation servent entre autres à l’achat d’ingrédients pour continuer de faire rouler l’entreprise, mais aussi pour l’achat d’équipement pour la classe, ainsi que pour fournir des repas gratuits ou à faible coût pour les élèves en difficulté de l’école.

«Ça nous a appris à faire la cuisine, mais aussi à se débrouiller tout seul. C’est un projet vraiment intéressant», atteste Eve-Lori Robichaud, une autre élève-entrepreneure de la classe.

Le succès de leur microentreprise rayonne également au-delà des murs de l’école. L’organisme Place aux compétences a sélectionné Énerg-X comme coup de coeur, ce qui permettra à la classe d’apparaître sur les affiches et matériel promotionnel du programme à travers différents districts scolaires de la province.

La vente des boules Énerg-X se poursuivra jusqu’à la fin des classes, le mois prochain.

«Ma vision, c’est que quand les jeunes vont sortir de l’école pour commencer à travailler dans quelques années, il va déjà y avoir des apprentissages en place dont ils pourront se servir pour entamer cette étape de leur vie plus facilement», déclare Mélissa Lanteigne, ajoutant qu’elle lie aussi l’entreprise aux divers cours qu’elle donne en classe.

«Par exemple, en mathématiques, les problèmes écrits sont rédigés en fonction de l’entreprise. Les élèves peuvent donc creuser davantage leurs connaissances de base en se servant de notre projet comme base d’apprentissage», explique l’enseignante.