A. Landry Fabrication prépare la version 2.0 de sa Landrich

Dix ans après la conception de sa première Landrich, la compagnie A. Landry Fabrication a dépoussiéré les plans et s’apprête à mettre sur le marché la seconde mouture de cette multifonctionnelle forestière à chenilles «made in Balmoral».

Le nouveau modèle a été redessiné au niveau de la cabine afin de la rendre plus ergonomique, mais aussi afin de permettre l’incorporation d’un nouveau moteur plus performant et moins polluant.

La compagnie a une fois de plus misé sur la marque Mercedes pour se propulser.

«On se devait de changer nos moteurs afin de respecter les nouvelles normes environnementales touchant les émissions de gaz à effet des serres», explique le président-directeur général de la compagnie, Serge Landry, notant que ce simple changement a nécessité tout un branle-bas de combat au niveau de l’ingénierie.

On parle, notamment, de plusieurs ajustements, que ce soit au niveau de l’hydraulique, au système de refroidissement et des composantes électroniques.

«Ce projet est le fruit de nombreuses années de recherche et développement et qui représente un investissement d’environ 1,5 million$», ajoute M. Landry.

De ce montant, 500 000$ proviendront du gouvernement fédéral (par l’entremise de l’APÉCA) sous la forme d’un prêt remboursable conditionnel. Le reste est investi par la compagnie.

La construction de la première Landrich 2.0 est en cours à l’usine de la compagnie à Balmoral. L’entreprise a d’ailleurs déjà deux de ces nouveaux engins à son carnet de commandes.

«Si nous avions été en mesure d’en produire une quinzaine cette année, elles auraient toutes trouvé preneur. Malheureusement, on est limité pour le moment dans notre capacité de production», indique M. Landry qui prévoit pouvoir terminer tout au plus quatre multifonctionnelles cette année.

L’an prochain, ce chiffre devrait grimper à une demi-douzaine et, si tout va bien, la cadence pourrait augmenter.

Car le rêve est toujours de voir une véritable usine d’assemblage voir le jour dans la communauté.

«L’objectif c’est d’en construire le plus possible. Une cinquantaine par année, pourquoi pas. Ça créerait plusieurs bons emplois dans notre région», exprime le PDG.

Présent jeudi pour annoncer la contribution financière du gouvernement fédéral au projet, le député de Madawaska-Restigouche, René Arseneault, s’est dit particulièrement fier des accomplissements de la compagnie.

«C’est incroyable ce qui se fait ici. On a l’une des meilleures – sinon la meilleure – machines du genre de la planète, la plus efficace et la moins énergivore. C’est d’autant plus stimulant pour moi de voir cette compagnie innover de la sorte qu’elle se trouve dans mon village natal», a souligné le député.

L’entreprise A. Landry fabrication a été créée il y a vingtaine d’années par Armand Landry, propriétaire et fondateur d’ALPA Équipement. Il s’agissait alors d’un projet connexe à son entreprise maîtresse. Le premier modèle a célébré cette année son dixième anniversaire. Depuis ce temps, la compagnie restigouchoise a construit 41 autres Landrich de première génération.

A. Landry Fabrication et ALPA Équipement emploient quelque 130 personnes à travers la province.