Terrain de baseball de Tracadie: le cadenas est demeuré sur la porte

Malgré l’espoir, le terrain de baseball Raoul-Losier et le planchodrome de Tracadie sont demeurés cadenassés ce week-end. La municipalité et les utilisateurs de ces infrastructures sportives espèrent que cette impasse sera réglée prochainement.

Les deux infrastructures sportives ont été construites à l’arrière de l’église de Saint-Jean-Baptiste-et-Saint-Joseph sur un terrain appartenant au diocèse de Bathurst. Depuis le 17 mai, les gens qui souhaitent y accéder se butent plutôt à une porte cadenassée. En date de dimanche après-midi, les lieux étaient toujours fermés au public.

L’ancienne Ville de Tracadie-Sheila s’était entendue avec le diocèse de Bathurst il y a une vingtaine d’années. Le diocèse permettait l’utilisation du stationnement de l’église pour les amateurs de baseball et plus tard, les utilisateurs du parc de planche à roulettes. En échange, la municipalité s’occupait du déneigement des églises de Tracadie et de Sheila.

Le comité de gestion de la paroisse souhaite renouveler cette entente, alors que la Municipalité régionale de Tracadie (MRT) préfère tout simplement acquérir le terrain en question.

La semaine dernière, tout semblait indiquer que le cadenas serait retiré de la porte d’entrée du parc de baseball Raoul-Losier, à condition que la MRT accepte l’offre de continuer les négociations avec le comité de gestion de la paroisse.

Le maire de Tracadie, Denis Losier, affirme que la municipalité a entrepris les démarches nécessaires pour que ce soit fait, mais en date de dimanche après-midi, rien n’avait changé.

«Selon ce que mon directeur général m’a indiqué, l’avocat du diocèse nous a dit qu’il aimerait poursuivre les pourparlers pour qu’on puisse trouver une entente au cours de l’année. Ils étaient prêts à rouvrir le parc à condition que nous soyons prêts à démontrer de façon concrète que nous avions un certificat de couverture d’assurance pour qu’ils puissent avoir l’âme tranquille et démontrer que le diocèse n’est pas à risque.»

Toujours selon le maire Losier, Tracadie a tenu son engagement.

«Encore, d’après l’information reçue de mon directeur général, les renseignements concernant les assurances ont été envoyés à l’avocat du diocèse. Selon ce qu’on m’a dit, le tout est en train d’être analysé ligne par ligne, point par point et virgule par virgule pour s’assurer que tout est correct.»

«C’est là où on est rendu. Ce qui nous a été demandé a été remis. La balle est dans leur camp.»

La semaine dernière, Mgr Daniel Jodoin, évêque du diocèse de Bathurst, a défendu le geste du comité de gestion de barrer l’accès aux infrastructures récréatives. Il a indiqué que le comité n’avait pas eu d’autre choix d’agir de la sorte afin que les choses bougent dans les pourparlers avec la MRT.

La MRT estime que la valeur totale des services rendus au cours des 20 dernières années s’élève à plus de 400 000$.

«Je n’ai rien contre l’évêque ni contre la religion catholique, mais est-ce que cette entente est bonne pour la municipalité? Il ne faut pas oublier que l’argent est celle des citoyens», dit M. Losier.

Match annulé

En raison de cette situation, l’équipe de baseball les Aigles de Tracadie a été forcé d’annuler son match d’ouverture de la saison de la Ligue de baseball intermédiaire de la Vallée de la Miramichi, jeudi dernier.

L’équipe a déménagé ses entraînements sur le terrain de balle-molle Allan Sonier, près de la piscine et de l’aréna. Le terrain est cependant trop petit pour accommoder un match de baseball de la ligue, souligne Robert Arsenault, l’un des entraîneurs de la formation.

Le prochain match à domicile des Aigles est prévu le 30 mai contre les Chaleur (Bathurst) Red Sox. Si aucune solution n’est trouvée, l’équipe envisage d’autres alternatives, dont celle de jouer le match à Bathurst.

«On espère que ce sera réglé cette semaine.»

Des utilisateurs du planchodrome ont également déploré la situation.