Tracadie: poursuite au civil contre le maire Denis Losier

Le différend opposant Embou Productions à la Municipalité régionale de Tracadie prend de nouvelles dimensions. Le producteur de spectacles a récemment intenté une poursuite au civil contre le maire Denis Losier.

Les avocats d’Embou Productions ont déposé l’avis de poursuite à la Cour du Banc de la Reine de Bathurst, le 8 mai dernier, pour accuser le maire Losier de diffamation.

Selon Radio-Canada Acadie, un contrat signé en 2016 figure au coeur de la poursuite. L’entreprise basée à Shediac accuse Denis Losier d’être intervenu à titre personnel et non en tant que maire dans cette affaire.

Le contrat prévoyait que 75 billets par spectacle soient remis à la Municipalité régionale de Tracadie. Certains de ces billets ont ensuite été remis à des conseillers municipaux par le directeur général.

Le 20 février 2018, le maire Denis Losier a remis le contrat liant la MRT et Embou Productions à la GRC et a réclamé qu’une enquête soit menée sur la gestion de la municipalité et sur ce qu’il a qualifié de «collusion». La plainte a été retirée une semaine plus tard.

En ce qui concerne la clause traitant des billets gratuits, elle a été résiliée du contrat en janvier 2018.

Toujours selon Radio-Canada Acadie, Embou reproche à Denis Losier d’avoir agi de mauvaise foi, car d’après Embou, le maire savait que les billets étaient remis à la MRT et non aux conseillers municipaux. Embou soutient que la plainte de Denis Losier à la GRC avait pour unique but de nuire à Embou et aux conseillers municipaux.

D’ailleurs, Denis Losier est accusé d’avoir émis de fausses informations contre l’entreprise et certains conseillers dans le but de se venger des décisions du conseil municipal portant sur les contrats.

Le producteur de spectacles souligne que les actions du maire Losier ont causé des pertes irrécupérables et réclame un dédommagement.

Un vote lundi soir

Afin de ne pas nuire aux procédures légales, le maire Losier n’était pas en mesure de commenter la poursuite comme telle.

Cependant, lundi soir, on demandera au conseil municipal de prendre une décision concernant la défense du maire Losier.

Les élus devront notamment déterminer s’ils veulent adopter une résolution afin que la compagnie d’assurances de la MRT couvre les frais juridiques du maire ou s’il devra entreprendre lui-même des démarches avec un avocat.

«Je ne sais pas encore qui va défendre ma cause», a-t-il déclaré.