Interdiction des sacs de plastique: une autre étape franchie à Moncton

Après plusieurs mois de délibération, le conseil municipal de Moncton a fait la première lecture, lundi soir, d’un nouvel arrêté qui vise à réduire le nombre de sacs utilisés dans la communauté.

Dans l’arrêté, la Ville propose d’éliminer la distribution de sacs de plastique à usage unique qui sont donnés aux clients des entreprises de la ville.

Selon l’arrêté proposé, certaines conditions devront être réunies pour qu’une entreprise puisse donner un sac à un client.

Le client devra confirmer qu’il a besoin d’un sac, le sac devra être en papier et le client devra payer pour l’achat de ce sac d’emplettes. Les sacs de plastique ne seront donc plus distribués.

Cette nouvelle loi municipale, qui pourrait entrer en vigueur le 1er juillet 2020, prévoit des amendes de 140$ à 2100$ pour les commerces récalcitrants.

L’arrêté ne prévoit aucune restriction sur les sacs en papier, les petits sacs de plastique qui sont utilisés pour transporter des fruits ou les emballages de produits en plastique.

Les sacs de plastique destinés à protéger des pneus ou des vêtements sont également exclus du projet.

La mairesse Dawn Arnold affirme qu’il s’agit d’un premier pas.

«Nous devenons de plus en plus conscients quant à la difficulté de recycler le plastique. C’est petit pour l’instant, mais c’est une première initiative parmi plusieurs dans notre province et dans le monde entier.»

Selon Elaine Aucoin, directrice de la planification environnementale de la Ville, le délai d’un an avant l’application de l’arrêté permettra aux plus grosses entreprises d’épuiser leur stock de sacs de plastique.

Un sondage publié en avril a permis de prendre le pouls de la population et des entreprises au sujet de ce projet.

Le coup de sonde a été mené auprès de 1700 résidents et de 60 entreprises du Grand Moncton. Il a révélé que 78% des citoyens sont en faveur d’une interdiction des sacs en plastique à usage unique, alors que 14% y sont opposés et 8% sont indécis.

Quant aux entreprises, 91% d’entre elles ont indiqué qu’elles étaient préoccupées par l’impact environnemental des sacs en plastique.

Le conseiller Greg Turner a exprimé ses préoccupations en disant que le groupe de travail qui a élaboré le sondage n’avait pas consulté suffisamment d’entreprises.

Elaine Aucoin a répondu que l’échantillon donne un portrait fidèle des entreprises du Grand Moncton.

«C’est difficile d’aller chercher tout le monde. On a fait le meilleur effort à ce moment-là, on a partagé (notre sondage) avec la Chambre de commerce et avec le Conseil des détaillants du Canada. On l’a envoyé à plusieurs entreprises, et c’est le résultat qu’on a obtenu.»

Elle a précisé que le Conseil des détaillants du Canada représente quelques-uns des plus gros détaillants du Canada.

L’arrêté fera l’objet de deux autres lectures par le conseil municipal avant d’être soumis au vote.

Les autres municipalités du Grand Moncton songent à emboîter le pas.