Le gouvernement accusé de faire de la propagande avec ses autocollants

Le gouvernement provincial envoie des autocollants aux propriétaires de stations-service pour dénoncer la taxe fédérale sur le carbone.

L’initiative des progressistes-conservateurs a été rendue publique par l’opposition officielle, mercredi.

Le Parti libéral accuse le gouvernement de s’être inspiré d’une page du livre du premier ministre de l’Ontario en utilisant l’argent des contribuables pour faire de la propagande.

«Le premier ministre a atteint un nouveau creux alors qu’il cherche à imiter son héros, Doug Ford, à la moindre occasion», a déclaré le libéral Denis Landry.

On retrouve sur les autocollants de couleur jaune le logo de la province et un tableau indiquant la valeur croissante de la taxe sur le carbone par litre d’essence ou de diesel de 2019 à 2022.

Les propriétaires de stations-service du Nouveau-Brunswick ont reçu cette lettre et cet autocollant contre la taxe fédéral sur le carbone de la part du gouvernement du Nouveau-Brunswick. – Acadie Nouvelle: Mathieu Roy-Comeau

«Tout comme les autocollants que Doug Ford a envoyés aux propriétaires de stations-service de sa province, ceux-ci ne mentionnent pas les rabais sur le carbone auxquels chaque personne du Nouveau-Brunswick», a dit M. Landry.

Eugène LeBreton de Esso Entretien Auto de Tracadie a apposé les autocollants sur ses pompes à essence. Avant l’appel de l’Acadie Nouvelle, le propriétaire de la station-service pensait qu’il n’avait pas le choix.

«J’ai lu la lettre rapidement parce que je travaille et je n’ai pas de secrétaire qui s’amuse à analyser toutes les lettres que je reçois», explique-t-il.

M. LeBreton entend laisser les autocollants sur ces pompes même s’il n’y est pas forcé.

«C’est une taxe qui est vraiment stupide parce qu’on enlève de l’argent au monde et on leur envoi de nouveau. C’est inutile.»

Selon une étude du directeur parlementaire du budget à Ottawa, la majorité des Néo-Brunswickois recevront davantage en réduction d’impôt que ce qu’ils auront à payer en taxe sur le carbone.

Les autocollants étaient accompagnés d’une lettre du ministre du Développement de l’énergie et des ressources, Mike Holland, datée du 6 mai et suggérant aux propriétaires de les afficher sur leurs pompes à essence ou leur caisse enregistreuse.

Alors que le premier ministre Ford a menacé de contravention les propriétaires qui refusent d’afficher ses autocollants, Denis Landry affirme que la lettre de M. Holland n’indique pas clairement qu’il s’agit d’un exercice facultatif au Nouveau-Brunswick.

D’après le chef de l’opposition officielle, l’initiative du gouvernement pourrait aller à l’encontre de la Loi sur la publicité gouvernementale.

Selon le ministre Holland, les autocollants, dont l’affichage n’est pas du tout obligatoire, ont été distribués auprès de 500 stations-service au coût de 2500$.

«Nous sommes d’avis qu’il est important d’expliquer aux Néo-Brunswickois exactement où va leur argent», a-t-il dit pour motiver l’initiative de son gouvernement.

«Nous croyons fermement que cette taxe sur le carbone nous a été imposée injustement et qu’elle va faire mal aux gens les plus vulnérables du Nouveau-Brunswick», a indiqué Mike Holland.

Le ministre a justifié l’absence d’information concernant les rabais d’impôt par le manque de place sur les autocollants. Cette information est cependant disponible sur le site web du gouvernement, a-t-il précisé.

Le chef du Parti vert, David Coon, a lui aussi dénoncé l’initiative du gouvernement progressiste-conservateur en soulignant que les autocollants ne parlent pas non plus du coût des changements climatiques.