Une école de France baptisée en l’honneur d’un soldat acadien mort en héros

L’école primaire de la commune de Colomby-Anguerny, située en Normandie, portera à compter de vendredi le nom du soldat acadien Louis Valmont Roy.

Ce baptême coïncide avec les célébrations du 75e anniversaire du Débarquement et de la bataille de Normandie, bataille durant laquelle le jeune soldat du Restigouche âgé d’à peine 21 ans s’est illustré avant de succomber au feu ennemi.

Fils d’Amanda et Donat Roy (ancien chef de gare dans les années 1940-50), Louis Valmont Roy était membre du Régiment de la Chaudière. Il a débarqué à Bernières-sur-Mer en Normandie le 6 juin 1944 dans le cadre de la désormais célèbre opération Overlord.

Une fois à terre, il se rend à La Mare où il se voit confier la tâche de servant pour l’un des deux canons antichars placés en soutien de la compagnie A. Dans la nuit, il fait face à une attaque massive de blindés nazis. Les canons canadiens résistent, causant de lourdes pertes chez l’ennemi. L’un des deux canons finit toutefois par tomber.

Pendant ce temps, le soldat Roy continue de tirer sans répit avant d’être lui aussi tué. Au matin, on le retrouve mort sur la culasse de son canon.

Le soldat Louis Valmont Roy – Gracieuseté

On attribue à ces deux canons la perte de 17 blindés, une trentaine de morts et, surtout, le retrait de ce secteur des troupes allemandes. Le jeune héros acadien repose depuis au cimetière de Bény-sur-Mer.

Afin de souligner le sacrifice de ce soldat mort au champ d’honneur, la commune de Colomby-Anguerny a décidé de nommer son école primaire locale en son honneur. La cérémonie doit avoir lieu le vendredi 7 juin.

Construite en 1960, l’école n’avait pas véritablement de nom.

«Lorsque ses enseignants ont voulu corriger cette situation, on s’est dit pourquoi ne pas la nommer en l’honneur d’un des soldats canadiens tués dans la nuit du 6 au 7 juin 1944, et particulièrement quelqu’un qui avait effectué un fait de guerre important», explique à l’Acadie Nouvelle le maire de Colomby-Anguerny, Jean-Luc Guillouard.

Après quelques recherches en collaboration avec l’Armée canadienne, le nom du soldat Roy est sorti du lot et correspondait parfaitement à ce que recherchait l’équipe française.

«Il a fait preuve d’un grand héroïsme sur notre commune. Le choix s’imposait tout naturellement», poursuit M. Guillouard.

Il faut dire que dans ce village français, il est commun de voir des stèles, des plaques ou des rues portant le nom de vétérans ou de régiments canadiens.

«Même si cela fait 75 ans, le Débarquement est toujours un sujet sensible, qui nous tient à cœur. On a un devoir de mémoire, celui de ne jamais oublier qu’un jour les alliés sont venus nous libérer, et notamment des Canadiens comme le soldat Roy», a confié au journal le maire.

Famille émue

La famille de Valmont Roy sera représentée sur place pour la cérémonie. La sœur du défunt, Jeannine Roy (Mercier), ainsi que le fils de celle-ci, Paul Mercier, ont effectué le voyage jusqu’en France afin d’y prendre part.

Mme Roy demeure aujourd’hui à Edmundston. Elle est la plus jeune de huit enfants de la famille. Elle n’avait que 5 ans lorsque son frère est parti pour la guerre, 9 à son décès.

«Je me souviens que mes parents disaient de lui qu’il n’avait pas toujours été facile à élever. Et pourtant aujourd’hui, c’est un héros», raconte-t-elle.

Le fait que l’on honore ainsi la mémoire de son frère de l’autre côté de l’Atlantique la touche tout particulièrement.

«C’est très émouvant, et je suis pleine de gratitude envers ceux qui ont pensé à lui rendre cet hommage. Il me reste une sœur et celle-ci n’est plus en état de voyager sur d’aussi grandes distances. À mon retour, je vais aller la retrouver pour lui raconter mon voyage et tous les bons mots que les gens d’ici ont eus à l’endroit de notre frère», poursuit-elle.

À ses côtés, Paul Mercier est également ému, et ce, même s’il n’a pas eu la chance de connaître son oncle.

«On ne peut qu’être fier de lui, de ce qu’il a accompli. Partout où l’on va ici, on sent les gens très reconnaissants envers lui et ses confrères du Régiment de la Chaudière. De savoir qu’une école portera son nom me fait chaud au cœur, car les jeunes sont très curieux et vont – à un moment ou un autre – se poser la question qui était ce fameux Valmont Roy, qu’est-ce qu’il a fait? Son histoire va donc se perpétrer pendant des années encore», exprime-t-il.

La famille du soldat ainsi que le maire de Colomby-Anguerny ont par ailleurs assisté jeudi aux commémorations du Débarquement du 6 juin 1944, un autre moment fort touchant.

À noter qu’une autre école porte le nom d’un membre de la famille Roy, soit celle-là même de Kedgwick, Marie-Gaétane, qui se trouve être la tante du soldat.