EXCLUSIF – Trois semaines de plus à l’automne pour le Mont Carleton?

Le ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, Robert Gauvin, est prêt à prolonger de trois semaines la saison d’automne au parc provincial du Mont Carleton, a appris l’Acadie Nouvelle. Mais c’est du donnant-donnant. En revanche, la direction du parc devra prouver que ces trois semaines de plus seront rentables.

Le ministre a lâché le morceau, lundi matin, après l’annonce de la désignation de la communauté de Pokemouche, dans la Péninsule acadienne, en tant qu’endroit pour les célébrations officielles de la fête du Nouveau-Brunswick, le 5 août.

M. Gauvin a d’ailleurs mis au défi les gestionnaires du centre de démontrer que cette période additionnelle, prévue en octobre, sera bonne pour l’industrie et l’économie du Restigouche.

Il y a une semaine, Fredericton a annoncé que le parc provincial fermera ses portes le 22 septembre, même si l’accès à la montagne sera toujours possible par après. Les amateurs n’auront donc plus accès au terrain de camping et aux chalets.

Il s’agit d’un retour à l’ancien horaire du lieu touristique prisé par les amants de la nature d’automne. Depuis deux ans, tous les parcs provinciaux restaient ouverts jusqu’à la première fin de semaine d’octobre, qui coïncide avec le lundi férié de l’Action de grâce).

Plusieurs intervenants du milieu restigouchois avaient dénoncé cette décision. Avec la fin prochaine de la version papier du guide touristique et la réévaluation des centres d’accueil touristique, l’industrie avait passé une très mauvaise semaine.

Le vice-premier ministre Robert Gauvin indique qu’il a eu une discussion avec le responsable du parc et qu’une entente est survenue pour la prolongation de la saison d’automne.

«Si, d’ici à la fin-août, le parc atteint un certain nombre de réservations, la province participera. Ce n’est pas barré à clé et le premier ministre est au courant. L’erreur qu’on fait dans le tourisme est d’étirer des saisons. On ne laissera pas les plages ouvertes jusqu’en novembre. Mais le Mont Carleton est un produit d’automne. S’il y a suffisamment de réservations, nous continuerons et la direction du parc veut relever ce défi», a expliqué au journal le ministre.

M. Gauvin poursuit qu’il est dorénavant important de parler de performance dans le milieu touristique au Nouveau-Brunswick. Rappelant ses deux années passées à la barre du Pays de la Sagouine, il demande aux gens du milieu d’être combatifs et de ne pas avoir peur d’aller chercher des réservations.

«On n’est pas obligé d’attendre que les gens viennent. On peut aussi faire des efforts pour aller les chercher. Un bon exemple est l’Aquarium et Centre marin du Nouveau-Brunswick, à Shippagan. Il a accueilli 1000 personnes à sa journée d’ouverture, contre 70 l’année précédente. C’est la preuve que ça se fait. Les gens aiment les défis et on lance le défi pour le Mont Carleton. C’est un bel exemple à donner», a poursuivi le numéro 2 du gouvernement Higgs.

Une rencontre est prévue cette semaine entre les autorités du parc provincial du Mont Carleton et le ministre afin d’évaluer les plus récents chiffres de fréquentation.