Trois municipalités étaient dépendantes du camion à ordures incendié

L’incendie qui a ravagé au cours du week-end le tout nouveau du camion servant à la collecte des déchets et des matières recyclables d’Atholville, de Balmoral et de Charlo cause des maux de tête à ces trois municipalités.

L’incendie risque de bouleverser la collecte dans ces collectivités pendant un moment.

Pour assurer la livraison du service, les trois villages devront de nouveau faire appel à des entrepreneurs locaux à moins de réussir à mettre temporairement la main sur un camion de remplacement, question de les dépanner d’ici à ce que le nouveau camion soit livré. Car l’objectif est bel et bien de remplacer le plus rapidement possible le véhicule endommagé par les flammes et de reprendre la collecte «collaborative».

L’engin incendié était doté d’un bras mécanisé servant à soulever les conteneurs à déchets. Il n’était en fonction que depuis novembre. Voyant leur contrat de collecte arriver à échéances pratiquement au même moment, et étant chacune confrontées à une forte hausse du coût de celle-ci, les municipalités d’Atholville, Balmoral et Charlo avaient décidé de s’unir pour offrir elles-mêmes ce service à leurs citoyens.

Bien que le projet nécessitait l’achat d’un camion au coût de 378 000$, les chiffres démontraient qu’il serait profitable à long terme pour les finances des municipalités participantes.

«Le concept fonctionne très bien, et c’est pourquoi on va commander un camion neuf. Mais le problème est que ça peut prendre entre quatre et six mois avant qu’il ne soit prêt et livré, car c’est un véhicule possédant des particularités bien précises. En attendant, on doit s’organiser et rapidement, car on ne peut pas laisser les déchets s’empiler», explique le maire de Balmoral, Charles Bernard.

Il a logé quelques appels auprès d’entrepreneurs locaux afin dépanner. Du coup, la collecte devant avoir lieu dans son village jeudi est toujours maintenue au programme.

En raison de l’incendie, les collectes prévues mardi et mercredi à Atholville ont par contre été annulées. Puisque la collecte s’effectue en alternance chaque semaine (une semaine le recyclage, la suivante les ordures), le recyclage ne sera ramassé que dans deux semaines à Atholville et Val-d’Amour.

«Heureusement, cet incident survient pendant la semaine des matières recyclables et non des déchets domestiques. Ç’aurait été plus problématique de conserver des déchets domestiques aussi longtemps pour des raisons évidentes d’odeurs», souligne le maire d’Atholville, Michel Soucy.

«C’est vraiment plate ce qui arrive, car ça allait très bien. Il y a certes eu une période d’adaptation pour nos citoyens au départ – surtout que ça coïncidait avec l’hiver et le début du recyclage –, mais la collecte se déroulait à merveille depuis plusieurs semaines. C’était une belle réussite et on ne va pas se laisser abattre par ce triste événement», poursuit-il.

Pour l’instant, chacun des trois partenaires travaille individuellement sur des solutions de rechange pour offrir le service de ramassage des déchets et des matières recyclables.

Une rencontre entre les municipalités concernées est par ailleurs au menu mercredi pour faire le point et étudier les différents scénarios possibles.

Initié par le village de Balmoral, ce partenariat intermunicipal pour le service de collecte a suscité beaucoup d’intérêts jusqu’à présent à l’extérieur des frontières du Restigouche. Des municipalités des régions Chaleur et Péninsule acadienne ont notamment approché la municipalité de Balmoral pour en apprendre davantage.

Pour ce qui est de l’incendie comme tel, celui-ci s’est déroulé durant la nuit de samedi à dimanche alors que le camion était garé dans le village voisin d’Eel River Crossing. La GRC n’avait toujours pas de suspect en vue ou de nouvelle information à transmettre au moment de mettre sous presse mardi.

Selon les policiers, la thèse de l’incendie criminel n’a pas encore été confirmée, mais elle demeure toutefois la plus probable.