Candy World fait le bonheur des becs sucrés

Chez Candy World, l’arôme de barbe à papa colle à la peau.

Alvin Duguay trempe des pommes dans un mélange de sucre d’orge et les dépose, une fois bien enrobées, sur du papier parchemin. Dès qu’elles sont sèches, sa conjointe, Monique Thériault, les recouvre d’une pellicule plastique claire et s’occupe de les mettre bien en valeur dans la vitrine de la caravane.

Cet été, le couple entamera une première tournée à travers les Maritimes. Ils se déplaceront, notamment, dans les festivals afin de satisfaire le maximum de becs sucrés.

Avant tout, leur aventure débute ici, à Bathurst, là où ils ont tous les deux grandi.

«L’entreprise existe depuis 1960, souligne le confiseur. Mais moi j’ai commencé en 1973 lorsque j’avais 11 ans.»

Même après 50 ans dans le même milieu, M. Duguay ne semble toujours pas s’ennuyer.

«Chaque journée est spéciale! Nous voyons différentes personnes, différentes villes, dit-il. Je ne voudrais jamais faire un métier ou je ferais la même chose chaque jour.»

Mme Thériault, elle aussi, semble s’épanouir à l’intérieure de la caravane.

«À part des pommes au sucre, nous préparons du maïs soufflé, des slushs, des cônes de neige sucrée et d’autres friandises au caramel», raconte-t-elle.

Depuis l’ouverture de Candy World, jeudi, M Duguay et Mme Thériault estiment avoir servi plus d’une centaine de clients.

Alvin Duguay et Monique Thériault (photo) trempent des pommes dans un mélange de sucre d’orge et les dépose, une fois bien enrobées, sur du papier parchemin. – Gracieuseté

Ils seront stationnés au Foodland, sur l’Avenue St. Pierre, jusqu’à dimanche.

Leur prochaine destination: Rogersville.