Un polimètre pour surveiller si Blaine Higgs tient ses promesses

Si le gouvernement ne respecte pas ses promesses, il sera maintenant plus facile de le savoir.

Des universitaires ont lancé un outil en ligne qui permet de comptabiliser les promesses électorales des progressistes-conservateurs.

Le site web, qui est disponible au grand public, énumère 174 promesses émises par Blaine Higgs lors de sa campagne électorale, et affiche le nombre de celles qui ont été respectées – ou non jusqu’à maintenant.

L’équipe du Centre d’analyse des politiques publiques, à l’Université Laval, a lancé cette plateforme en 2013, et a créé des polimètres pour les administrations Harper et Trudeau au fédéral, et pour les gouvernements Marois, Couillard et Legault au Québec.

Le premier en son genre au Nouveau-Brunswick, le Polimètre Higgs, sera mis à jour régulièrement par ses créateurs de manière non partisane.

Le politologue Gabriel Arsenault, de l’Université de Moncton, a dirigé la migration de l’outil vers le secteur politique du Nouveau-Brunswick.

Il ne croit pas que le polimètre permettra d’éliminer la mésinformation du jour au lendemain, mais il affirme qu’il sera maintenant plus facile pour les électeurs de s’informer sur les agissements du gouvernement.

«Ça va être plus facile pour les gens qui veulent avoir des informations. Si tu veux savoir quelles sont les promesses du gouvernement, c’est beaucoup plus facile de regarder le site web que de déchiffrer une plateforme électorale», dit le politologue.

Yannick Dufresne, professeur adjoint à l’Université Laval, affirme que la méthode utilisée par les chercheurs est transparente, ce qui permet aux gens de savoir d’où vient l’information présentée sur le site.

«C’est plus en plus facile de faire des plateformes interactives comme ça, mais ce qui distingue le polimètre des autres outils du genre, c’est que c’est fait par des universitaires et que la méthodologie est transparente et facilement accessible sur le site.»

Les créateurs du projet estiment que cette manière de classifier les promesses électorales évitera du travail aux chercheurs, journalistes et électeurs qui l’utiliseront.

Lisa Birch, professeure de sciences politiques à l’Université Laval, a d’ailleurs réalisé un livre sur le gouvernement de Justin Trudeau à partir des données recueillies par le polimètre Trudeau.

À la fin d’un mandat, comme lors d’élections, les promesses d’un gouvernement sont archivées et peuvent toujours être consultées, ce qui est un atout valable pour la recherche universitaire, selon Mme Birch.

Évidemment, il ne suffit pas de consulter le site web pour analyser le mandat d’un premier ministre de fond en comble.

«Dans le livre, on a demandé aux chercheurs de partir des données du polimètre et d’examiner aussi ce qui a été accompli comme action gouvernementale, mais qui n’a fait objet d’aucune promesse», dit la professeure.

À date, Blaine Higgs  a réalisé 10 promesses électorales, 26 d’entre elles sont en voie de l’être ou sont partiellement tenues, et quatre ont été rompues.

Quelque 134 des 174 promesses identifiées sont toujours en suspens. Le polimètre Higgs peut être consulté au www.polimetre.org.