Une caricature de trop pour Michael de Adder

L’entreprise Brunswick News, une filiale du groupe Irving qui publie tous les journaux anglophones de la province, a coupé ses liens avec le caricaturiste Michael de Adder samedi.

Le dessinateur et commentateur politique, dont les caricatures étaient publiées dans les journaux de l’entreprise depuis près de 17 ans, en a fait l’annonce sur sa page twitter, et s’est depuis lancé dans une tirade de tweets dénonçant la censure chez Brunswick News Inc (BNI).

Michael de Adder affirme que toutes ses caricatures où figuraient le président Américain Donald Trump ont été refusées pour publication dans les journaux de BNI dans la dernière année.

Il affirme aussi qu’il lui était impossible de dépeindre le premier ministre Blaine Higgs de manière critique dans ces journaux.

«Le premier ministre du Nouveau-Brunswick Blaine Higgs est un ancien haut placé de Irving Oil et toutes les caricatures que je dessinais, qui étaient un tant soit peu critiques à son égard, étaient systématiquement refusées», peut-on lire dans un des tweets du dessinateur.

Michael de Adder publie également ses caricatures dans une bordée de journaux à travers le pays et sur sa page twitter.

L’artiste estime que la fin de son contrat coïncide avec sa publication d’une caricature critique à l’égard de Trump, datée du 26 juin, dans lequel on voit le président américain jouer au golf sans égard pour deux corps de migrants qui flottent dans l’eau.

Cette image est une référence aux corps de deux migrants retrouvés dans le Rio Grande, entre le Mexique et les États-Unis. La caricature a été publiée sur le compte twitter du dessinateur, mais n’avait pas été soumise pour publication aux journaux de BNI.

«Dans les deux dernières semaines, j’ai dessiné trois caricatures de Donald Trump. Deux sont devenues virales et la troisième (NDLR: celle du 26 juin) est devenue supernova et un jour plus tard, j’ai été renvoyé.»

Le caricaturiste politique affirme que ses dessins qui avaient déjà été envoyés à l’entreprise n’ont pas non plus été utilisés.

L’entreprise Brunswick News a publié une réponse sur la page Facebook du Times & Transcript dimanche.

Dans l’énoncé, l’entreprise affirme que le renvoi de M. de Adder n’a aucun lien avec sa caricature de Trump, et que la décision d’engager un nouveau dessinateur avait été prise il y a des semaines.

«Il est incorrect de suggérer que BNI a annulé son contrat de travail indépendant avec le caricaturiste Michael de Adder à cause d’une caricature dépeignant Donald Trump qui circule actuellement sur les médias sociaux.»

Selon l’entreprise, le dessinateur Greg Perry, qui remplacera de Adder dans les pages des journaux, est aimé des lecteurs et la décision de l’engager avait été prise avant que la caricature sur Trump ne soit publiée par de Adder.

Michael de Adder n’est pas étranger à la critique de ses caricatures. En mars dernier, il avait présenté ses excuses en lien avec une caricature où figurait l’ancienne ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould vêtue de plumes et brandissant un tomahawk.

Une demande d’entrevue avec Michael de Adder est restée sans réponse.