Une application pour trouver une réception cellulaire dans les régions isolées

Marie-France Arpin, une jeune diplômée du collège CCNB à Bathurst, a participé à la création deux nouvelles applications qui pourraient améliorer la communication dans les milieux éloignés de la région.

Le projet-pilote fut initié et encadré par Michael St-Pierre, technicien en systèmes d’informations géographiques et d’urbanisme pour la Ville de Bathurst.

La municipalité a lancé un projet-pilote pour répertorier les endroits dans les régions éloignées où c’est possible de capter une réception cellulaire suffisante pour, par exemple, appeler des services d’urgence.

«J’ai créé deux applications pour ce projet. La première permet au public d’ajouter des points connus (où il y a une réception cellulaire), tandis que la deuxième permet de consulter la carte de ces points», a expliqué Mme Arpin la semaine dernière lors d’une conférence de presse.

Le maire de Bathurst, Paolo Fongemie, accueille la nouvelle à bras ouvert.

«C’est fabuleux! s’est-il exclamé. Ces applications sont des outils importants pour les gens qui se retrouvent dans la forêt. L’importance de pouvoir communiquer est primordiale. Les services d’urgence sauront exactement où aller. Si l’on peut sauver une heure dans la forêt, c’est beaucoup.»

Ernie Boudreau, chef de la force policière de Bathurst, applaudit lui aussi l’initiative.

«Quand de nouveaux outils sont mis à notre disposition et démontrent qu’ils peuvent nous aider à être plus efficaces dans nos efforts, ils méritent certainement d’être pris au sérieux», a-t-il indiqué.

«Dans notre estimation, l’application R.C.M.É. (Réception Cellulaire dans les Milieux éloignés et isolés) démontre un grand potentiel à réduire le montant de temps requis pour se rendre sur les lieux d’un incident sérieux dans un milieu isolé.»

Comment s’en servir?

L’application est conçue à des fins préventives. C’est-à-dire que les utilisateurs peuvent consulter la carte interactive avant de s’aventurer en milieux isolés afin de planifier leur itinéraire.

La carte peut être imprimée ou photographiée à titre de repère. Sinon, les coordonnées peuvent être retranscrites dans un GPS.

En retour, les utilisateurs peuvent, eux aussi, signaler de nouveaux emplacements où la connexion cellulaire est favorable.

Le type l’appareil utilisé, le fournisseur de service, la température et une description de l’endroit sont d’importantes données qui peuvent être entrées dans l’application.

Sur la carte, on y retrouve des points verts, ceux-ci représentent les endroits qui ont été confirmés.

Les points orange, eux, indiquent les endroits qui restent à être validés par les services d’urgences.

«Des personnes de confiance comme des travailleurs forestiers ou du département des ressources naturelles seront appelées à se rendre aux zones de réception et de communiquer avec les premiers répondants afin d’assurer une bonne transmission», a expliqué Mme Arpin.

R.C.M.É a été développé conjointement avec le Centre régional de Répartition 911 et Michael St-Pierre.

Depuis son dévoilement, mardi dernier, l’application compte déjà une dizaine de nouveaux «points».

«Pour l’instant, le seul centre de répartition qui a été initié à l’application est celui de Bathurst, a noté Mme Arpin. Mais éventuellement, on aimerait informer d’autres municipalités de son fonctionnement. À ce moment, chaque région sera en mesure de gérer les points pour leur secteur.»

L’application est accessible au lien suivant: www.bathurst.ca/rcme.