Un controversé film pro-vie à l’affiche au Nouveau-Brunswick

Le controversé film pro-vie Unplanned sera à l’affiche dans trois salles au Nouveau-Brunswick, à Edmundston, à Grand-Sault et à Bathurst.

Unplanned, qui sera disponible dans les salles du pays le 12 juillet, a fait couler beaucoup d’encre aux États-Unis lors de sa sortie en mars. Son arrivée en salle fait aussi grande polémique au Canada. Plusieurs personnes ont affiché des craintes quant à la diffusion de l’oeuvre.

Trois cinémas indépendants du Nouveau-Brunswick ont malgré tout choisi de projeter Unplanned. Le Cinéma V à Edmundston, le Grand Cinéma 3 à Grand-Sault et le Cinéma Apollo à Bathurst.

James Gallant, propriétaire du Cinéma V, croit que les gens sont libres de décider ce qu’ils ont envie de regarder.

«C’est une question de choix. Ce film-là aussi c’est une question de choix», dit-il.

Le film Unplanned, plutôt pro-vie que pro-choix, a été inscrit ce jeudi dans la liste des projections du Cinéma V par son propriétaire.

James Gallant ne croit pas que le film influence les jeunes dans leurs idées plus que n’importe quel autre film.

«C’est pas pire de montrer un film de même que de montrer un film d’horreur qui coupe des têtes avec des “chainsaw”», dit-il.

Il explique aussi ne pas avoir reçu de demandes particulières de la population afin de mettre à l’affiche l’oeuvre dans son cinéma.

«Ce film-là, c’est des bébés qui se font mettre à terme avant la naissance. Je suis certain que cela va intéresser du monde».

M. Gallant souligne qu’il n’est pas en mesure de juger si l’avortement est une bonne chose ou pas. Il ne comprend toutefois pas pourquoi les gens font d’un si grand drame la sortie de ce film. Unplanned est un film, point barre.

«On va prendre Magic Mike. C’est pas parce qu’un jeune va voir ça qu’il va devenir un danseur», lance-t-il.

Unplanned présente l’histoire d’Abby Johnson, directrice d’un centre Planned Parenthood où des avortements sont pratiqués. Elle s’était pour ainsi dire retournée sur un dix sous après avoir assisté à un avortement. À la suite de cet évènement qui l’a bouleversée, elle démissionne et devient une militante antiavortement très médiatisée.

La chaîne Cineplex projettera les films dans plusieurs de leurs succursales. Toutefois, aucune représentation n’est prévue au Québec et au Nouveau-Brunswick.

Sarah Van Lange, directrice générale des communications chez Cineplex, a déclaré par courriel que la demande pour visionner ce film ne s’est tout simplement pas fait sentir dans ces régions.

«Nous avons travaillé avec le distributeur afin de déterminer où nous allions présenter le film d’après la demande anticipée», indique-t-elle.

Joint au téléphone, Stéphane Daigle, propriétaire du Cinéma Apollo à Bathurst n’a pas voulu commenter pourquoi il a accepté de projeter le film dans son cinéma.

M. Daigle stipule ne rien savoir à propos du film. Il mentionne d’ailleurs ne pas avoir lu le synopsis ni vu la bande-annonce.

Le propriétaire du cinéma était toutefois au courant que le thème principal du film est l’avortement.

C’est le pasteur et président du distributeur Cinedicom établi à Frédéricton, BJ McKelvie qui a contacté Stephane Daigle afin de diffuser Unplanned dans les salles du Cinéma Apollo. Ce dernier a accepté.

Lorsque Stephane Daigle s’est fait demander sur quels critères il choisit les films qui seront à l’affiche dans son cinéma, il a refusé catégoriquement de répondre.