Blaine Higgs s’inquiète pour l’unité et l’identité canadienne

Blaine Higgs a fait un détour au Stampede de Calgary lundi pour s’entretenir avec d’autres premiers ministres conservateurs en préparation de la rencontre du Conseil de la fédération à Saskatoon.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick et ses homologues de l’Ontario, de la Saskatchewan et des Territoires du Nord-Ouest étaient les invités de leur collègue de l’Alberta, Jason Kenney.

Ils ont notamment participé au déjeuner aux crêpes du célèbre rodéo d’une durée de dix jours.

Les cinq premiers ministres, qui sont tous conservateurs à l’exception de Bob McLeod des Territoires du Nord-Ouest qui dirige un gouvernement de consensus, en ont profité pour discuter de leurs priorités à la veille de la rencontre du Conseil de la fédération.

Selon M. Higgs, il a surtout été question de leur opposition à la taxe sur le carbone et autres règlementations environnementales du gouvernement fédéral de Justin Trudeau.

«L’importance de la rencontre que nous avons ici avec les premiers ministres des provinces et des territoires de tout le pays qui partagent les mêmes opinions est plutôt sans précédent dans l’histoire du Canada», a-t-il déclaré lors d’une conférence téléphonique.

«Nous avons certainement ici un sentiment d’urgence au sujet de l’effondrement de notre économie en raison des politiques du gouvernement (fédéral)», a dit Blaine Higgs.

À son avis, les mesures environnementales du gouvernement Trudeau pour lutter contre le réchauffement climatique nuisent à l’unité canadienne en montant les provinces les unes contre les autres.

«Les gens doivent comprendre ce qui est en jeu. Nous n’avons jamais vu une telle perturbation de notre façon de vivre, de notre identité canadienne et de notre capacité de payer pour les services dont nous jouissons dans ce pays», a prévenu M. Higgs.

En se battant pour l’industrie de l’énergie et des ressources naturelles de l’Ouest canadien, le premier ministre du Nouveau-Brunswick affirme se battre aussi pour sa province qui bénéficie largement de la péréquation.

«Je n’en suis pas fier, mais je ne crois pas qu’il soit acceptable pour nous de dire que ce n’est pas notre problème lorsque les ressources de l’Alberta sont bloquées. Je ne pense pas que ça devrait être acceptable non plus en Colombie-Britannique ni au Québec.»

Blaine Higgs, a rappelé que ni lui ni ses collègues niaient le changement climatique. Ils s’opposent tout simplement à l’imposition d’une taxe pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, a-t-il soutenu.

«Le climat va-t-il s’améliorer l’année prochaine si nous augmentons la taxe sur le carbone? Non, cela ne changera pas. Il a fallu beaucoup de temps pour arriver ici», a-t-il indiqué.

Selon Jason Kenney, d’autres premiers ministres qui partagent les mêmes inquiétudes que ceux réunis à Calgary avaient été invités au Stampede, mais certains avaient des conflits d’horaire.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, qui présidera la réunion du Conseil de la fédération à Saskatoon, a déclaré que la rencontre informelle de Calgary ne se voulait pas idéologique.

Le Conseil regroupe les premiers ministres des 13 provinces et territoires. Il permet aux premiers ministres de travailler en collaboration et de tisser des liens plus étroits.

L’horaire officiel de la rencontre, publié lundi, prévoit des discussions sur «la croissance économique et la compétitivité, incluant l’immigration économique, le commerce, les infrastructures stratégiques et le renforcement de l’Arctique».

«Pour créer plus d’emplois au Canada, nous devons travailler ensemble à éliminer les barrières au commerce intérieur (…) et diversifier nos marchés d’exportation», a déclaré M.  Moe.

Les premiers ministres discuteront également de la viabilité des soins de santé, de la santé mentale et des dépendances, a-t-il indiqué par communiqué.

«Le déclin constant de l’engagement financier du gouvernement fédéral pour les soins de santé a de nombreuses conséquences pour les provinces», a poursuivi M. Moe.

  • Avec des extraits de la Presse canadienne.