Qu’est-ce qui attire les touristes au Nouveau-Brunswick?

Ontariens, Québécois, Manitobains… Pour les Canadiens qui prennent la route pour découvrir les Maritimes, Moncton est une halte de choix.

Le regard rivé sur une carte de Moncton, des touristes venus de l’Ontario promènent leur doigt le long de la rivière Petitcodiac pour essayer de se repérer. Keith Terry voulait découvrir ce bout de pays qu’il n’avait jamais pu admirer.

«La semaine dernière, nous étions au Québec et nous avons continué notre route pour arriver ici et voir les Maritimes», a-t-il confié, mardi, lorsque le journal l’a rencontré par hasard.

Keith a déjà une bonne idée des activités qu’il veut réaliser dans la province.

«Nous prévoyons de voir le mascaret et la Côte magnétique à Moncton. On va aussi en profiter pour se balader au parc national Fundy et à Hopewell Rocks. Mais je suis sûr qu’il y a beaucoup de belles choses qu’on n’aura pas le temps de voir!»

Le touriste s’essaye à prononcer le nom de la rivière Petitcodiac, il s’esclaffe: «Ce qui est agréable ici, c’est que les gens s’efforcent de nous répondre en anglais, parce que malheureusement, je ne parle pas le français.»

Destination plages et parcs nationaux

Carmen et George Thomson ont fait le trajet depuis Winnipeg, au Manitoba, pour découvrir les Maritimes et en particulier Moncton. Cela faisait partie de la «bucket list» de Carmen.

«Je n’avais jamais vu cette partie du Canada. Je ne suis pas déçue, les paysages sont magnifiques et les gens sont très accueillants».

Son mari envisage ce voyage comme un retour dans ses terres natales.

«Je suis né en Nouvelle-Écosse et je ne suis plus revenu ici depuis de nombreuses années, alors je me suis dit que c’était l’occasion de découvrir le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard.»

Pour Dany St-Ange et Isabelle Dupont, venus tout droit du Québec, les vacances au Nouveau-Brunswick ont plutôt le parfum de plage.

«C’est surtout l’océan qui nous a attirés. Les enfants apprécient beaucoup venir se baigner par ici. La seule chose qu’on trouve dommage, c’est que les coins touristiques sont assez éloignés, entre Shédiac et les différents parcs nationaux», affirme Dany.

L’année dernière, le Grand Moncton comptait 62 402 chambres louées en juillet 2018, d’après les indicateurs du tourisme du gouvernement de la province. Ce nombre s’élève à 215 628 pour l’ensemble du Nouveau-Brunswick. Deux chiffres en baisse par rapport à 2017.

Ève Léger, employée au Centre d’information aux visiteurs de Moncton, estime qu’il est un peu tôt pour dresser un premier bilan de la saison touristique.

«Les touristes viennent surtout du Québec et de l’Ontario. On est au début de la saison, donc l’aperçu peut être biaisé. On a aussi des personnes des États-Unis qui viennent ici, surtout de la côte est.»

Mais d’après elle, le plus important de la saison reste encore à venir:

«La grande saison touristique ici, c’est véritablement pendant les deux dernières semaines de juillet et les deux premières semaines d’août. C’est à ce moment-là où ça sera le plus occupé avec les différents festivals, et surtout avec le Congrès mondial acadien.»

Les charmes de la Péninsule

Les vacances d’été sont enfin arrivées! Depuis quelques semaines dans la Péninsule acadienne, les touristes affluent d’un peu partout. L’Acadie Nouvelle est allée à la rencontre de quelques-uns d’entre eux.

L’Acadie Nouvelle a croisé les quatre membres de la famille Tremblay, du Lac-Saint-Jean, mardi matin avant leur visite au Village Historique Acadien, à Bertrand.

Depuis le week-end dernier, la famille profite de ses premières vacances au Nouveau-Brunswick pour explorer le nord-est de la province et partir à la découverte de ses trésors cachés.

Pourquoi le Nouveau-Brunswick?

«Des amis nous en ont parlé», explique simplement Dany Tremblay, le père de la famille.

Jusqu’à maintenant, les Tremblay ne regrettent pas leur décision.

«C’est vraiment cool. On est installé dans un chalet au bord de la mer à Petit-Rocher. On adore ça.»

Au cours des deux prochains mois, Bob Williamson et son épouse Lynette, vivront une expérience singulière.

Le couple de Cape Girardeau, au Missouri, visitera l’est du Canada en caravane. Ils ne seront pas tous seuls. Les Williamson font partie d’un groupe de 40 touristes des États-Unis en vacances avec l’entreprise Adventure Caravans. Pendant 58 jours, ils visiteront le Québec, le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve. Durant le périple, les membres du groupe voyagent dans leur propre caravane.

Jusqu’à maintenant, ils apprécient grandement leur expérience.

«Nous adorons l’hospitalité des gens du Canada», lance Bob Williamson.

Après le Québec, le groupe de voyageurs était brièvement de passage dans la Péninsule acadienne en début de semaine. Mardi matin, ils ont eu l’occasion de visiter le Village Historique Acadien.

«Vous vivez dans un beau coin», dit-il.

Après la Péninsule acadienne, le groupe prendra la route vers Cavendish, à l’Île-du-Prince-Édouard.

Le fait de voyager en roulotte permet aussi aux voyageurs d’envisager un séjour plus confortable.

«C’est bien parce que comme nous sommes dans nos propres roulottes, nous dormons dans nos propres lits et nous pouvons manger notre propre nourriture», dit Sally Tazelaar, de la Floride.

– Avec la collaboration du journaliste David Caron