Bathurst: cours de français virtuels, voyage d’études bien réel

Après s’être vus de façon virtuelle pendant une dizaine de mois, les étudiants du cours de français de Rebbeca Huot se sont rencontrés pour une première fois, récemment. L’heureux événement a eu lieu à Fredericton, dans le cadre d’un voyage de fin d’année.

Depuis cinq ans déjà, Mme Huot donne des cours de français aux nouveaux arrivants de la région Chaleur au Centre d’apprentissage des langues du CCNB.

«J’adore ma clientèle. C’est la crème de la crème. Mes étudiants sont respectueux et ponctuels. Malgré la distance, on réussit toujours à développer de belles relations et à vivre de belles expériences», a dit Mme Huot.

«J’ai trois groupes et on se voit via Webex six heures par semaine, mais une fois par année, nous avons la chance de nous voir en vrai. C’est toujours une belle récompense et ça fait toujours de belles histoires», a assuré Mme Huot.

Le groupe de 14 étudiants, incluant conjoints et enfants, a visité l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick et la galerie Lord Beaverbrook en plus de partager quelques repas.

«Notre voyage s’est bien déroulé. C’était un bon mélange de culture et d’histoire. Quelques étudiants avaient apporté des plats traditionnels. Ce fut très agréable comme journée», a assuré Herbert De Bie, un Belge d’origine qui demeure maintenant dans la région de Bathurst.

M. De Bie a choisi de s’installer au Nouveau-Brunswick pour la nature, la mer, la tranquillité et les gens qui sont très accueillants. En Europe, il était pharmacien.

«Venant de la Belgique, j’avais déjà une bonne base de français. J’ai commencé dans le niveau 6 à 7 (le minimum pour ce programme est de 5 sur une échelle de 1 à 12). Pour travailler dans le secteur de la santé et dans la vie de tous les jours, c’est très utile de bien parler l’anglais et le français au Nouveau-Brunswick», a-t-il ajouté.

Des étudiants originaires du Nigéria, de la Russie, de l’Écosse, de l’Afrique du Sud, du Vietnam,de Taiwan, de la Thaïlande, d’Israël, de la Colombie, de l’Égypte et de l’Algérie faisaient également partie des étudiants de Mme Huot cette année.

Le Centre d’apprentissage des langues du CCNB existe depuis 25 ans. Le Centre a accueilli plus de 500 étudiants dans une douzaine de sites des provinces atlantiques depuis septembre 2018.