Crabe: la Première Nation d’Eel Ground réclame sa juste part

Des membres de la Première Nation d’Eel Ground, près de Miramichi, revendiquent le droit de pêcher 300 tonnes de crabes des neiges.

Une vingtaine de pêcheurs, de conseillers de bande, de jeunes et d’aînés d’Eel Ground ont manifesté devant l’édifice du ministère des Pêches et des Océans à Moncton, lundi midi. Brandissant des pancartes dénonçant leurs mauvaises conditions de vie et un manque de volonté d’Ottawa pour les améliorer, ils ont milité pour l’accès à l’une des pêches les plus lucratives dans le golfe du Saint-Laurent.

Des membres de la Première Nation d’Eel Ground ont manifesté devant l’édifice du ministère des Pêches et des Océans à Moncton, lundi. Ils revendiquent un accès à la pêche au crabe des neiges. – Acadie Nouvelle: Jean-Marc Doiron

Le chef George Ginnis, de la Première Nation d’Eel Ground, et ses collègues ont rencontré des fonctionnaires d’Ottawa, en juin, pour négocier un accès à la pêche au crabe des neiges. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le dialogue ne s’est pas terminé comme désiré.

«Ils avaient promis de nous parler en tenant compte de notre exclusion historique de la pêche au crabe des neiges. Quand on a reçu leur offre, c’était clair qu’ils ne le faisaient pas. Selon ce que d’autres communautés ont reçu, nous pensons qu’une allocation de 300 tonnes aurait été juste.»

Le chef George Ginnis, de la Première Nation d’Eel Ground. – Acadie Nouvelle: Jean-Marc Doiron

La Première Nation a refusé l’offre d’Ottawa. Des pêcheurs d’Eel Ground ont déposé des casiers de pêche à l’eau sans l’autorisation du gouvernement fédéral comme geste de protestation. Le ministère des Pêches et des Océans a réagi en saisissant 58 casiers et en menaçant des usines afin qu’ils n’achètent pas leurs débarquements, selon M. Ginnis.

«Ils ont pratiquement dit aux usines de transformation que s’ils touchaient nos débarquements, leurs permis étaient à risque.»

Le chef George Ginnis, de la Première Nation d’Eel Ground. – Acadie Nouvelle: Jean-Marc Doiron

En 2019, le contingent total de crabe des neiges dans le sud du golfe du Saint-Laurent était de 30 600 tonnes. La pêche a eu lieu du début mai à la fin juin.

Un accès à la pêche permettrait aux familles de la Première Nation d’Eel Ground, qui compte environ 900 membres, d’améliorer leur situation économique. M. Ginnis souligne que le revenu moyen des ménages dans sa communauté est d’environ 24 000$, ce qui est à peine la moitié du revenu moyen des ménages au pays après les taxes sur les impôts.

Une étude publiée la semaine dernière par l’Assemblée des Premières Nations et le Centre canadien de politiques alternatives conclut que 53% des enfants qui habitent dans des réserves au Canada vivent dans la pauvreté.

«Nous avons besoin d’un revenu pour la communauté qui pourrait supporter notre système d’éducation et répondre aux besoins de nos aînés.»

Le chef George Ginnis (gauche), de la Première Nation d’Eel Ground. – Acadie Nouvelle: Jean-Marc Doiron

Les habitants d’Eel Ground avancent que leur droit à une pêche du crabe des neiges en tant que moyen de subsistance a été reconnu lors de la décision de 1999 de la Cour suprême du Canada dans l’affaire Donald Marshall Jr.

M. Ginnis a promis que d’autres démarches seront prises au cours des prochains mois afin de faire pression sur le gouvernement fédéral. Les mesures coïncident avec l’approche des élections fédérales.

Le chef d’Eel Ground souhaite des engagements du ministre des Pêches et des Océans, Jonathan Wilkinson, et du député fédéral de Miramichi-Grand Lake, Patrice Finnigan.