À peine quelques centaines de billets vendus pour les spectacles majeurs de la Foire brayonne

La sortie publique, mardi soir, du Comité organisateur de la Foire brayonne qui sonnait alors l’alarme sur le faible nombre de billets vendus pour les spectacles majeurs de la Foire n’a rien d’un scénario inventé visant à mousser la popularité de ces événements.

À seulement un peu plus de deux semaines de l’ouverture des festivités, une vérification exhaustive effectuée par l’Acadie Nouvelle a permis de constater que les gens sont effectivement loin de bousculer aux guichets afin de se procurer des billets pour le spectacle prévu de Louis Bérubé ou encore celui de Roch Voisine et de leurs nombreux invités.

Malgré la notoriété de Roch Voisine et ses spectacles généralement peu fréquents au Madawaska, moins de 400 billets avaient trouvé preneurs mercredi midi pour la prestation de l’artiste chéri qui est originaire de Saint-Basile.

Quant au spectacle mettant en vedette Louis Bérubé, à peine 170 billets avaient été vendus à ce même moment.

«La réponse des gens est lente à venir, il faut faire quelque chose!», a affirmé d’emblée Carole Martin, la présidente de la 41e Foire brayonne.

«Malheureusement, certains événements pourraient être annulés. Nous en sommes rendus là.»

Les responsables de la Foire se réuniront mardi afin d’évaluer la situation et de déterminer si des changements à la programmation s’imposent ou non.

Les organisateurs s’expliquent bien mal ce manque d’intérêt de la population à l’endroit du plus important festival annuel à se dérouler au Madawaska.

La Foire brayonne semblait pourtant avoir le vent dans les voiles jusqu’à tout récemment avec l’arrivée d’une toute nouvelle équipe d’organisateurs bénévoles et la tenue d’une consultation publique qui avait permis de façonner l’événement au goût des festivaliers .

Inquiétudes, critiques et déceptions à Edmundston

Ces nouvelles difficultés que traverse l’organisation de la Foire brayonne ont tôt fait de susciter une vague de réactions à travers la communauté madawaskayenne.

De nombreux internautes se sont livrés à une séance de défoulement collectif sur les réseaux sociaux, estimant qu’il manquait des artistes de grande réputation à la programmation musicale de la Foire.

D’autres ont souligné que l’accès à certains spectacles et activités était trop dispendieux et que le déménagement de ces spectacles majeurs du stade Turgeon au Centre Jean-Daigle était une mauvaise idée.

À l’inverse, plusieurs ont tenu à souligner l’apport à la communauté de la Foire brayonne et les nombreux moments de divertissement que l’événement peut procurer aux visiteurs.

Au bureau du maire d’Edmundston, Cyrille Simard, on dit espérer que la population saura pleinement profiter du festival qui sera bientôt présenté.

«Les organisateurs ont mis les bouchées doubles pour assurer une programmation qui saurait plaire, et ils ont voulu apporter des changements, ce qui était réclamé du public depuis quelques années. Or, on le sait, le changement, même s’il est souhaité, apporte son lot de difficultés. Toutefois, j’ai bon espoir que la population, si attachée à son festival, répondra à l’appel et profitera des nouveautés», a affirmé Mychèle Poitras, la porte-parole de l’administration municipale.

La société Edmundston Centre-ville a qualifié cette situation de déplorable.

«C’est dommage, il y a une formidable équipe qui travaille à l’organisation de la Foire brayonne et une formidable ville où se trouvent des gens qui veulent participer à toutes ces activités offertes», a mentionné Mélanie Ruest, la directrice générale de l’organisme.

La Chambre de commerce de la région d’Edmundston s’est pour sa part dite très inquiète.

«Les gens ont tendance à oublier que la Foire brayonne est un moteur économique important pour notre région. Les hôtels, restaurants et magasins sont toujours occupés durant cette période et profitent grandement de la présentation de la Foire», a affirmé Alexandre Levasseur, le directeur de Centre-ville Edmundston.