La pêche en juillet des homardiers autochtones dérange

Des homardiers demandent à Ottawa d’interdire aux autochtones de pêcher en juillet, une période critique dans le cycle de vie du crustacé.

La date d’ouverture de la pêche au homard dans la zone 25, qui s’étend de Pointe-Sapin à Pugwash, en Nouvelle-Écosse, n’est pas choisie au hasard. Chaque année, les homardiers du détroit de Northumberland attendent patiemment – et parfois impatiemment – jusqu’à la mi-août avant de larguer les amarres.

En attendant aussi longtemps avant de déposer leurs casiers, ils permettent aux homards de terminer une phase critique de leur cycle de vie. C’est au milieu de l’été qu’a lieu l’éclosion des oeufs et le développement des larves de homard en homards juvéniles

Martin Mallet, directeur général de l’Union des pêcheurs des Maritimes (UPM), mentionne que ce phénomène explique aussi pourquoi les pêches printanières du nord-est du Nouveau-Brunswick et du nord de l’Île-du-Prince-Édouard, entre autres, se terminent en début juillet.

«Après 20 ans de recherches sur le homard effectuées par le gouvernement du Canada et Homarus, notre filiale scientifique, nous comprenons l’importance de la période du milieu de l’été (du 7 juillet au 7 août) pour l’éclosion et le développement des larves de homard en homards juvéniles.»

«Toute activité de pêche pendant cette période a un impact très nuisible sur la période correspondant à la fin de la gestation des femelles et sur l’éclosion des larves de homard.»

La pêche au homard en juillet

Si aucune pêche commerciale n’a lieu au milieu de l’été, aucune interdiction ne s’applique aux pêcheurs autochtones qui choisissent d’exercer leur droit ancestral de pêcher à des fins alimentaires, sociales ou rituelles.

Le fait de voir des débarquements au milieu de l’été frustre les pêcheurs commerciaux depuis des années. Ils soulignent qu’ils ont fait plusieurs sacrifices et ont pris de nombreuses démarches afin d’améliorer la ressource. La pêche en juillet va à contre-courant de leurs efforts.

«On ne remet aucunement en question les droits de pêche. Mais ce qui nous dérange beaucoup, c’est qu’il y a une pêche durant une période critique du cycle de vie du homard. On sait que c’est un dossier sensible, mais on demande que la période de cette pêche soit déplacée à l’automne, à partir du 7 au 10 août», a mentionné lors d’une entrevue téléphonique M. Mallet.

M. Mallet souligne que même si les homards de plus petite taille et les femelles sont remis à l’eau, le simple fait de les manipuler durant cette période peut nuire à la santé des oeufs, prévenant même leur éclosion dans certains cas.

Dans un communiqué publié vendredi, l’UPM souligne que l’interdiction de la pêche au milieu de l’été permettra non seulement d’améliorer la durabilité des ressources, mais aura aussi un impact positif sur l’économie des communautés qui dépendent fortement de la pêche.