Incendie à Halifax: le père ignore toujours qu’il a perdu ses sept enfants

La routine d’Ali Barho est la même tous les jours depuis son arrivée à Halifax en provenance du Liban, il y a trois mois, après avoir appris qu’un incendie avait grièvement blessé son frère et tué sept de ses neveux et nièces.

Il se rend à l’hôpital pour voir son grand frère, Ebraheim Barho, dont l’état s’améliore progressivement, mais qui est toujours sous forte sédation et « n’a aucune idée » de l’ampleur de la tragédie qui a frappé la famille de réfugiés syriens le 19 février.

Ali Barho, 35 ans, a raconté qu’il s’inquiétait constamment de la réaction de son frère, qu’il décrit comme ayant une « personnalité pas très forte », lorsqu’il se rendra compte qu’il a perdu tous ses enfants.

« Même lorsqu’il allait quelque part, il emmenait toujours son frère aîné (Mohammed) avec lui », a-t-il confié à La Presse canadienne par l’intermédiaire d’un interprète.

« Maintenant, quand il se réveillera et qu’il se retrouvera sans ses enfants, il sera sous le choc. »

Ebraheim, qui avait été initialement placé dans un coma artificiel, ne reconnaît personne actuellement, a-t-il ajouté. « J’essaie de lui parler et je regarde ses yeux, mais il les ouvre à peine. Je lui parle, mais je ne sens pas qu’il communique. »

M. Barho a affirmé que son frère avait subi plusieurs interventions chirurgicales depuis qu’il avait été transporté à l’hôpital avec de nombreuses brûlures. Il doit en subir au moins deux autres.

Ebraheim Barho et sa femme Kawthar ont survécu à l’incendie survenu tôt le matin du 19 février, qui a détruit leur nouveau logement à Spryfield, en banlieue de Halifax. Les sept enfants du couple, âgés de trois mois à la mi-adolescence, ont péri dans la résidence.

Une enquête est toujours en cours pour déterminer la cause de l’incendie.

La famille espère être réunie

Ali Barho, qui est marié à la soeur de Kawthar et a quatre enfants, a déclaré qu’ils faisaient également de leur mieux pour soutenir leur belle-soeur endeuillée.

« Kawthar va bien », a-t-il répondu quand on lui a demandé comment elle se portait. « Nous voulions calmer la situation et la soutenir, essayer d’être à ses côtés jusqu’à ce que mon frère aille mieux. »

Le frère de Kawthar et la femme de celui-ci se trouvent également à Halifax, et sa mère et sa soeur devraient arriver bientôt.

M. Barho a noté que son frère Mohammed était également venu à Halifax, mais qu’il était récemment rentré chez lui en Italie. Sa famille et lui envisagent de rester au Canada, exauçant ainsi un souhait d’Ebraheim.

« Il est venu au départ pour ses enfants pour une meilleure éducation, a-t-il souligné. Quand il est arrivé, il nous appelait tous les jours au téléphone en disant: « C’est très agréable ici, c’est un pays magnifique. » Il voulait juste que nous venions ici. »

La famille d’Ebraheim est arrivée au Canada en septembre 2017. Elle s’est d’abord installée dans la région rurale d’Elmsdale, à environ 35 minutes au nord de Halifax. Elle a finalement déménagé à Spryfield pour profiter des services offerts aux immigrants, y compris une formation en anglais.

Ali Barho a déclaré que l’incendie tragique était particulièrement triste à cause de l’espoir exprimé par son frère de donner une nouvelle vie à sa famille.

Il a ajouté qu’il espérait que son frère Mohammed viendrait le rejoindre un jour au Canada, avec leurs trois s?urs, afin que la famille puisse être réunie.

En attendant, il poursuivra sa veille quotidienne au chevet d’Ebraheim.

« C’est difficile, oui, mais nous ne pouvons rien faire, a-t-il déclaré. Nous n’avons pas le choix. »