L’Acadie des terres et forêts en fête: la fin d’une épopée

Après 18 années, c’est devant une salle comble du casino Grey Rock à Edmundston que la troupe du spectacle l’Acadie des terres et forêts en fête a fait ses adieux à la foule dimanche soir.

Last Call, le titre évocateur du spectacle présenté cette saison, marque donc la fin de cette épopée musicale qui est rapidement devenue au fil des ans un incontournable du divertissement estival au Madawaska.

C’est avec un mélange de tristesse, de nostalgie et de satisfaction que les artistes ont, pour une dernière fois, présenté le spectacle qui célèbre l’histoire acadienne et celle du Madawaska tout en musique, en humour et en danse.

Après tant d’années et de présences sur scène, il va de soi que les artistes de la troupe ont un trop-plein d’émotions et des souvenirs plein la tête à raconter.

«Ce qui m’a touché le plus au cours de ces années, ce sont ces gens de partout qui ne quittent pas la salle après les spectacles et qui font la file pour serrer la main des artistes. Plusieurs spectateurs pleuraient dimanche soir, c’était touchant», a affirmé à l’issue de la dernière représentation Étienne Deschênes, le producteur et concepteur de l’Acadie des terres et forêts en fête.

«Ça se termine avec un pincement au cœur et quelques petites larmes de tristesse. Je crois vivre dans le déni», a quant à elle raconté l’artiste Maude Cyr-Deschênes, qui s’est joint à la distribution alors qu’elle était âgée d’à peine 2 ans.

«Les gaffes que l’on a faites sur scène, le jour où une dame en état d’ébriété nous a lancé une brassière en plein spectacle ou lorsque qu’un chien a soudainement grimpé sur scène, de beaux souvenirs comme ça, il y en a plein que je vais garder en tête…»

Ces sentiments sont partagés par Frédérique Cyr-Deschênes, qui est elle aussi de l’aventure de l’Acadie des terres et forêts en fête depuis ses débuts.

«Je dirais vivre des émotions en montagnes russes, chaque année du spectacle revêtait son petit cachet particulier», a expliqué celle qui a aura œuvré durant 17 saisons dans sa région d’origine avec le reste la troupe.

Étienne Deschênes s’est quant à lui dit on ne peut plus fier du déroulement du spectacle qu’il a mis au monde et qui a attiré depuis des milliers de visiteurs, dont plusieurs en provenance de l’extérieur de la province et même du pays.

«Je suis fier de cette dernière représentation et saison ou les salles étaient encore pleines. Malgré l’émotion, les jeunes artistes ont tenu le coup jusqu’à la dernière note.»

«Je suis satisfait du devoir qui a été accompli, tout s’est terminé en beauté. C’est certain que l’on aurait quand même aimé continuer l’aventure», d’ajouter ce dernier à peine débarqué de la scène.

«Sans aide supplémentaire du gouvernement, nos finances ne permettent malheureusement pas de poursuivre le spectacle l’Acadie des terres et forêts en fête. Rien ne dit que ça ne pourrait pas renaître un jour, mais l’on ne croit plus trop au père Noël…», a ironisé M. Deschênes.

À la fois heureuses de l’expérience vécue en assistant au spectacle de dimanche et résignées à l’idée de le voir disparaître du paysage culturel, une centaine de personnes sont allé à la rencontre des artistes afin de les saluer et de les féliciter.

«C’est définitif que j’aurais aimé revoir un autre spectacle de l’Acadie des terres et forêts en fête l’an prochain», a affirmé sans détour Mario Nadeau, un résident de Saint-Hilaire qui dit n’avoir manqué aucune présentation du spectacle annuel depuis ses débuts.

«J’ai vu grandir les artistes et naître bien du talent sur scène durant ces années», a-t-il ajouté.

Le rideau à peine tombé, les artistes de l’Acadie des terres et forêts ont quitté lundi le Madawaska, question d’aller savourer une excursion aux baleines dans la belle région de Tadoussac et de vivre une dernière expérience de groupe.