Salle de spectacles: Tracadie devra débourser 325 000$ supplémentaires

«Petite» surprise pour la Municipalité régionale de Tracadie. Il faut 325 000$ de plus pour terminer la nouvelle salle de spectacles Armand-Lavoie. Mais la Ville n’est pas tout de suite prête à signer le chèque. Elle veut que la Société culturelle des Tracadilles rembourse avant en totalité ou en bonne partie une somme de plus de 930 000$.

Les travaux de cet amphithéâtre annexé à la polyvalente W.-A.-Losier ont débuté il y a un an, jour pour jour. Cette enceinte de 514 sièges devait être disponible au printemps, mais l’ouverture a été retardée à août.

La somme additionnelle demandée doit servir à l’acquisition d’un équipement sonore de qualité pour assurer la tenue de spectacles majeurs.

Au départ en 2016, on parlait d’un projet de 4,5 millions $, montant qui a passé à 5,8 millions $ au moment de la première pelletée de terre. Si la Ville accepte d’y ajouter une nouvelle contribution, ça va dépasser 6 millions $.

La situation est si complexe que c’est à en perdre son latin. La MRT s’était déjà engagée pour 900 000$ dans le bâtiment qui est presque complété. Un deuxième prêt de 800 000$ permettait à la Société culturelle des Tracadilles d’acheter l’équipement d’éclairage et de sonorisation. La SCT s’était engagée à rembourser ce total sur une période de deux ans grâce à une subvention de 400 000$ de Patrimoine Canada, prévue en septembre, et à une campagne de financement dont l’objectif de 400 000$ serait presque atteint.

Mais pour avoir l’argent de Patrimoine Canada, l’organisme gestionnaire des activités culturelles de la ville avait besoin de 800 000$ dans ses coffres, ce que la Ville a accepté de fournir au printemps par l’entremise d’un prêt intérimaire.

Sauf qu’en plus de ne pas avoir encore tout remboursé – il reste 137 000$ à payer du prêt intérimaire et 800 000$ du prêt pour l’équipement pour un total de 937 000$ -, la directrice générale de la SCT, Vanessa Haché, est allée cogner à la porte de la MRT afin d’obtenir un montant additionnel de 325 000$ pour un équipement sonore de meilleure qualité.

Les élus se sont réunis en rencontre extraordinaire, jeudi, afin de débattre sur cette question. Le vote a été unanime de ne pas avancer cette somme tant que la SCT n’aura pas rempli ses obligations financières.

Cela ne met aucunement en péril le projet de nouvelle salle de spectacles, a-t-on pris soin de préciser. Mais dans la situation financière particulière dans laquelle la MRT se retrouve depuis trois ans, elle se serait probablement bien passée de cette demande.

«Ça nous place dans une situation précaire, a admis le maire Denis Losier. On paie des intérêts sur cette somme et on doit aussi payer des factures. On veut que la SCT rembourse une partie ou la totalité des fonds dont elle était redevable avant de continuer la suite des choses. Une fois cela fait, nous ferons l’arrangement avec le gouvernement provincial pour un nouvel emprunt de 325 000$ pour le matériel additionnel.»

L’équipement sonore initialement prévu est acceptable pour la polyvalente W.-A.-Losier et ses activités, mais pas assez puissant pour des spectacles majeurs, d’où la nécessité de rehausser la qualification des appareils.

«C’est une surprise, mais on va composer avec. Peut-on arriver avec un projet de plus de 6 millions $ et ne pas avoir l’équipement nécessaire pour y tenir des spectacles? On aurait alors un bel éléphant blanc. On s’est engagé dans une aventure pour avoir une salle adéquate. Et là, il nous manque des équipements de son et de lumières. On est pris entre l’arbre et l’écorce. Si on ne le fait pas, on aura investi une salle pour des élèves sans que la communauté puisse en profiter. On aura alors rempli notre mission à 70%. Cette salle est attendue depuis longtemps et on ne veut pas se retrouver devant une impasse», a poursuivi le maire.

La directrice générale de la SCT, Vanessa Haché, n’a pas voulu commenter le dossier tant que tout n’est pas réglé.

Le premier spectacle à l’intérieur de la nouvelle salle Armand-Lavoie est programmé pour le samedi 21 septembre, avec en vedette Wilfred LeBouthillier.