Péninsule: la coopérative de recyclage ne fermera pas ses portes

Tout n’est pas perdu pour la Coopérative de solidarité en recyclage et d’intégration à l’emploi de la Péninsule acadienne. Même si son centre de tri fonctionne à perte depuis quelques temps et se retrouve en sérieuses difficultés financières, pas question de cesser ce service, réitère la Commission des services régionaux de la Péninsule acadienne.

La chute drastique de la valeur mondiale des matériaux recyclés – spécialement celle du papier et du carton – a réduit considérablement les revenus de la coopérative, une organisation sans but lucratif.

Devant un tel constat, la CSR-PA a accepté ce printemps de prendre en charge la gestion de l’entreprise, en assurant notamment les salaires des trieurs et du personnel.

Mais le déficit est maintenant si considérable qu’il faut absolument trouver une solution pour assurer la survie de l’ensemble, sans pour autant que la CSR-PA «perde sa chemise», fait valoir son président et maire de Saint-Isidore, Oscar Roussel.

La nouvelle direction de la CSRIE, avec à sa tête Patrice-Éloi Mallet, a rencontré la direction de la CSR-PA mercredi pour l’informer des derniers développements dans ce dossier. Depuis quelques semaines, Marc Henrie, directeur général de la Coopérative de développement régional-Acadie, collabore à cette opération de sauvetage.

«La coopérative nous a présenté un plan d’action. Nous allons l’étudier et le présenter à l’ensemble des membres de la CSR-PA, qui aura à voter là-dessus. Ça se fera assez rapidement. Nous pourrons alors l’accepter tel quel, l’accepter avec des modifications ou encore le rejeter», a présenté M. Roussel.

Il a été impossible de connaître les grandes lignes de cette proposition, mais le président de la CSR-PA a fait preuve d’un optimisme prudent. On cherche quelque chose de sérieux et qui sera applicable à long terme, précise-t-il.

«Personne ne veut recommencer ce processus dans six mois. La CSRIE est une organisation qui doit revoir sa façon de faire et ça doit être à la satisfaction de la CSR-PA», indique-t-il.

La CSR-PA est la seule utilisatrice des installations du centre de tri des matières recyclables de la Municipalité régionale de Tracadie. Elle contribue également une somme de 180 000$ dans cet organisme dont la mission est de fournir du travail à des personnes à fonctionnalités réduites.

Mais pas question d’y laisser sa chemise ni ses plumes, prévient le maire de Saint-Isidore.

«MM. Mallet et Henrie sont de bonnes personnes, solides. On doit leur faire confiance. Nous accordons déjà une belle somme chaque année et nous espérons que ça ne sera pas davantage. Cependant, le recyclage est un incontournable et nous ne pouvons plus reculer là-dessus. Nous ne le ferons pas à n’importe quel prix, mais nous déploierons énormément d’efforts pour le sauver», assure M. Roussel.

Le journal a tenté de parler à M. Patrice-Éloi Mallet à plusieurs reprises, mais sans succès.