Syndrome d’alcoolisation foetale: des parents de Rogersville lancent un appel à l’aide

Une famille de Rogersville vit une situation aussi particulière que difficile.

Alex Pitre est victime du syndrome d’alcoolisation foetale (SAF), un trouble aux effets variés qui est causé lorsque la mère consomme de l’alcool pendant la grossesse.

Ses parents adoptifs, Janice et Marc Pitre, de Rogersville, prennent soin de lui depuis qu’il a 22 mois.

Maintenant âgé de 12 ans, il est devenu de plus en plus difficile d’assurer sa sécurité.

Sa mère explique qu’il vit des périodes de crise où il peut être violent et injurieux. Pour l’instant, il est difficile de savoir si ces crises peuvent être attribuées au SAF ou à un autre problème de santé inconnu.

À la fin du mois de juin, Alex a fait une fugue. Il a alors volé le camion de son père et a pris la route. Des membres de la communauté sont rapidement intervenus pour le retrouver, et personne n’a été blessé.

La situation est néanmoins inquiétante pour ses parents.

«On ne peut plus le laisser aller dehors tout seul comme un autre enfant. Il a vraiment besoin de supervision tout le temps. Ce n’est pas reposant.»

Après cet incident, le jeune a été hospitalisé pendant 24 heures. Janice a alors contacté le travailleur social d’Alex pour tenter à nouveau d’obtenir de l’aide.

Elle a également contacté le ministère du Développement social.

«Je voulais qu’il soit placé dans un endroit sécuritaire en attendant qu’on puisse obtenir de l’aide.»

Presque toutes ses tentatives d’obtenir de l’aide n’ont pas porté fruits. Les personnes formées à prendre soin de lui sont rares, selon elle.

«Nous avons besoin de relève. Ça fait 11 ans qu’on l’a, et il a commencé à montrer des troubles assez jeune. Ça fait des années qu’on pousse pour obtenir de l’aide», révèle la mère.

Le parcours scolaire de son enfant a aussi été perturbé par ses problèmes de santé.

«Il ne va pas à l’école avec les autres élèves parce qu’il est trop dangereux. Il apprend dans un autre local dans la communauté, avec un enseignant et un aide-enseignant.»

Il n’apprend à cette école de fortune que pendant environ trois heures par jour. Le reste de la journée, Janice et Marc doivent s’occuper de lui, une exigence qui épuise les deux parents ainsi que leurs deux autres enfants.

«Ça fait des années qu’on demande pour avoir de la relève. On a trouvé quelques personnes, mais c’est difficile puisqu’elles ont des emplois à temps plein», explique Janice.

Janice et Marc sont épuisés. Ils estiment que les ressources du système sont à sec et demandent plutôt l’aide de la communauté. Ils cherchent l’aide d’une ou plusieurs personnes de soutien, préférablement des hommes ayant la force nécessaire pour maîtriser Alex pendant ses crises. L’aide serait financée par le ministère du Développement social.

Selon une publication facebook sur la page de la municipalité de Rogersville, de la formation spécialisée est offerte au Centre d’excellence en trouble du spectre de l’alcoolisation foetale du Nouveau-Brunswick, situé à Moncton.

Les personnes intéressées peuvent contacter le Centre de santé de Rogersville au 775-2030.