De jeunes entrepreneurs se démarquent à Bouctouche

La microentreprise FSM créations, composée de jeunes âgés de 11 et 13 ans, s’illustre sur la scène commerciale de Bouctouche. Jusqu’à maintenant, ils ont vendu plus de 300 chandails à l’effigie de la fierté acadienne.

Le projet a vu le jour en septembre 2018 alors que des élèves de 6e année de l’école Dr-Marguerite-Michaud ont voulu inscrire des citations positives sur des portes de toilettes.

Souhaitant créer leur propre design, ils demandent des fonds à l’organisme Place aux compétences pour se procurer un «Cricut», une machine pour créer des pochoirs.

Soutenus par leur enseignante Chantal Duplessis, les élèves réalisent les possibilités de création immenses que leur procure l’instrument.

Les portes de salles de bains terminées, ils se sont lancés dans la réalisation de cartes de Noël. Les jeunes créateurs ont ainsi commencé à avoir des commandes spécialisées de cartes de vœux pour des entreprises de la région.

Leurs cartes de Noël leur ont aussi valu du succès au marché des familles de Noël de Bouctouche et lors d’une vente à l’école.

Les jeunes entrepreneurs ont réalisé quelques profits qu’ils ont décidé de les réinvestir au sein de la compagnie. Ils se lancent alors dans l’aventure de la confection de chandails.

Ils achètent un presse à chaud, un instrument utilisé pour transférer le vinyle obtenu du «Cricut» sur les chandails.

Le Congrès mondial acadien arrivant à grands pas, ils ont saisi l’occasion de concevoir des chandails à saveur identitaire.

«On s’est spécialisé surtout pour des chandails de l’Acadie parce qu’on avait le Congrès mondial acadien dans la région», affirme l’enseignante.

L’investissement se révèle payant, car les élèves ont vendu près de 300 chandails.

L’enseignante affirme que les élèves sont particulièrement sérieux dans leurs démarches.

«Ils ont tout déterminé combien ça leur coûtait pour savoir ensuite combien ils allaient charger», explique-t-elle.

Les efforts déployés pour FSM créations ne s’essoufflent pas, et ce même en période estivale. Les jeunes continuent à aller à l’école pour produire des chandails et les vendre au Marché des fermiers de Bouctouche le samedi.

Ils ont d’ailleurs été invités à la boutique du Pays de la Sagouine afin de vendre leurs productions.

Ambitieuse, la compagnie vise à élargir ses champs d’expertise dans la conception de design pour des casquettes et des oreillers dès la rentrée.

Mme Duplessis souligne que la gestion de FSM créations permet aux élèves de développer des habiletés bien utiles. Être organisé, prendre des commandes, suivre un calendrier et avoir des échéanciers en sont des exemples.

«Ça développe des compétences qu’ils vont pouvoir utiliser le reste de leur vie. Ça les rend autonomes et responsables», dit-elle.

L’enseignante ne profite pas trop de ses vacances d’été. Outre le projet entrepreneurial FSM créations, elle travaille avec un groupe d’élèves sur une pièce de théâtre qui sera présentée le 17 août, à l’occasion du CMA.

Dans le cadre d’un programme gouvernemental, Mme Duplessis participe à ce projet où les élèves ont des rôles distincts: écrivains, comédiens ou costumiers.

Les écrivains ont récolté les témoignages d’aînés dans les foyers de Bouctouche afin d’en apprendre sur les personnages importants de l’histoire de la région.

Ils incluent donc dans leur mise en scène Mgr Alain, Marguerite Michaud, Gérald Leblanc et Sarah Cormier.

La pièce de théâtre sera présentée sous la forme d’une promenade historique dans le centre-ville de Bouctouche.