Vols dans des boîtes de dons à Moncton: «Un maudit cauchemar»

Derek MacFarlane est furieux.

L’entrepreneur est responsable de multiples boîtes de dons destinées à la Fondation Rêves d’enfants, disséminées un peu partout en Atlantique.

Il affirme que toutes les semaines, des gens y déposent des vêtements et des biens personnels à l’intention d’enfants malades.

Et toutes les semaines, à Moncton, quelqu’un vandalise les boîtes et vole ce qu’il y a à l’intérieur.

«On a placé les boîtes sur la rue Milner et sur la rue Mountain. Les malfaiteurs ont plié le métal des boîtes, ils prennent des vêtements et en laissent partout sur le terrain. C’est le désordre.»

Le ou les malfaiteurs ont coupé le cadenas et ont endommagé la porte qui protège la chute de vêtements. Selon lui, ils utilisent des bâtons avec des crochets au bout afin de recueillir les vêtements au fond de la boîte.

Exaspéré, il s’est insurgé contre les malfrats sur Facebook. Il affirme qu’il a quelques doutes quant à l’identité des malfaiteurs et qu’il a partagé toutes ses informations à la GRC.

Il a aussi installé des caméras près des boîtes ainsi qu’un autocollant où est inscrit «Souriez, vous êtes filmé».

«Ça arrive toutes les semaines et ça arrive juste dans le Grand Moncton. On n’a pas ce problème dans aucune autre ville au Canada Atlantique. C’est un maudit cauchemar.»

À vue de nez, il fait valoir que ces multiples vols lui ont coûté environ 15 à 20 000$ en produits volés et en coûts de réparation.

Il détaille que dans la plupart des cas, de grandes quantités de vêtements sont volées rapidement et en même temps, tellement que le malfaiteur aurait besoin d’un véhicule. Cela écarte l’hypothèse des vols perpétrés par des sans-abris ou des gens avec peu de moyens, selon lui.

D’autres organismes touchés

Joanna Dunn, gérante de la région de l’Atlantique pour la l’organisme Diabetes Canada, affirme que ce n’est pas la première fois que ça arrive dans la région de Moncton.

Au téléphone depuis son bureau de Halifax, elle rappelle que l’année a été plutôt calme pour les boîtes de dons de sa fondation… jusqu’en juillet.

«On a eu trois cas de vols à Moncton seulement au mois de juillet», dit-elle.

Elle raconte que les cadenas des bennes ont été coupés.

La fondation avait changé les cadenas de ses boîtes pour éviter les vols, ce qui avait bien fonctionné jusqu’à ces événements récents.

Les incidents se sont déroulés à l’Habitat pour l’humanité de Moncton situé sur la rue Mountain et dans le stationnement du magasin Dulux Paint sur la rue Saint-George. La boîte du Dulux Paint avait déjà été vandalisée une fois plus tôt cette année.

Elle explique que ces boîtes recueillent généralement des vêtements ainsi que de petits objets de valeur, qui sont ensuite vendus par l’organisation.

La totalité des fonds est utilisée pour aider à financer l’éducation et la recherche sur le diabète ainsi que différents programmes sociaux, tels que des camps d’été pour enfants.

Joanna Dunn s’explique mal les actions des malfaiteurs.

«Je ne sais pas pourquoi quelqu’un ferait ça. On a averti la police et on lui a demandé s’il serait possible d’augmenter les patrouilles dans ces secteurs.»

Le détachement de Codiac de la GRC n’a pas répondu à nos demandes d’entrevues.