Un vol Montréal-Paris ne coûte pas beaucoup plus cher qu’un Moncton-Montréal

Les tarifs proposés par Air Canada pour un aller-retour entre Moncton et Montréal ont de quoi surprendre, le prix de certains billets pouvant doubler selon la date de réservation.

Lorsque l’on réserve pour octobre, il coûte au minimum 363$ pour réaliser un aller-retour entre Moncton et Montréal et au minimum 689$ pour faire un voyage aller-retour de Montréal à Paris. Le billet Montréal-Paris se trouve être environ 90% plus cher qu’un Moncton-Montréal.

Ces prix ne sont pas fixes. La différence de prix entre un Moncton-Montréal et un Montréal-Paris s’atténue nettement lorsqu’un voyageur réserve au dernier moment, une dizaine de jours avant son départ. Et dans les deux cas, les prix sont à la hausse pour les voyageurs de dernière minute.

Pourtant, la distance reste la même: il faut toujours deux heures pour voyager de Moncton à Montréal, et sept pour faire un Montréal-Paris.

Nous avons réalisé des simulations sur le site d’Air Canada ce vendredi 9 août. Nous avons comparé un aller-retour Moncton-Montréal et un aller-retour Montréal-Paris pour un voyage de sept jours en prenant comme date de départ l’ensemble des jours compris entre le 10 et le 18 août.

Dans l’immense majorité des cas, pour un trajet aller-retour d’une durée similaire réservé à la même date, il revient plus cher d’aller de Montréal à Paris que de Moncton à Montréal.

Sur la période étudiée, un habitant de Moncton devra débourser entre 670$ et 1036$ pour faire un voyage aller-retour de sept jours à Montréal. Le prix oscillera entre 864$ et 1528$ pour un Montréal-Paris.

En moyenne, sur les neuf jours de notre étude, un aller-retour Montréal-Paris est seulement 33% plus cher qu’un aller-retour Moncton-Montréal, alors que les deux billets sont achetés dans les mêmes conditions, c’est à dire à la dernière minute.

Air Canada en quasi-monopole

Comment expliquer cette différence?

D’après Air Canada, «il n’est pas possible de tirer des conclusions».

La compagnie aérienne explique que sa tarification change selon certains facteurs.

«En règle générale, les prix sont déterminés en fonction des conditions du marché incluant, entre autres, le nombre de sièges sur un marché donné, les différentes classes de service disponibles, la taille du marché ainsi que le nombre de jours entre la réservation et la date du départ», indique la compagnie.

D’après Louis Corriveau, professeur d’économie à l’Université de Moncton, ces prix plus élevés sont dus à la position de quasi-monopole d’Air Canada sur la ligne Moncton-Montréal.

«L’objectif de la ligne aérienne est d’extraire du voyageur le prix maximal qu’il est prêt à payer pour un trajet», explique le professeur.

«De façon pratique, l’entreprise ne sait pas le prix maximal qu’un voyageur est prêt à payer. À défaut de pouvoir facturer le maximum, la ligne aérienne va se servir d’autres informations. Vous pouvez imaginer deux types de voyageurs: des voyageurs d’affaires qui vont voyager de dernière minute. Leurs frais de voyage vont être remboursés. Ils sont donc prêts à payer pas mal pour faire le trajet, à la différence des vacanciers qui paient de leur poche», avance-t-il.

La situation est différente pour un voyage à l’international.

«Comme il y a plus de concurrence sur la ligne aérienne Montréal-Paris, il est possible pour un vacancier de prendre d’autres transporteur qu’Air Canada. La compagnie va donc baisser ses prix pour garder le marché des vacanciers», affirme l’expert.

Pourquoi ce monopole pour la ligne Moncton-Montréal? D’après Louis Corriveau, il y a des obstacles à la concurrence.

«Sur toutes les lignes aériennes, des droits d’atterrissage doivent être versés à des aéroports. Il peut être difficile pour une ligne aérienne qui veut exploiter un marché comme le Moncton-Montréal de payer les droits d’atterrissage dans les deux villes», répond le spécialiste.