Une rencontre des grosses pointures de la francophonie à Moncton

Le maire de Québec et un représentant de la communauté francophone de la Louisiane comptent parmi les invités qui seront au tête-à-tête des communautés francophones, à Moncton, de jeudi à samedi.

Organisé à Moncton pour que les dignitaires puissent profiter du Congrès mondial acadien, le rendez-vous 2019 du Réseau des villes francophones et francophiles de l’Amérique permettra aux délégations des Amériques de parler des enjeux communs reliés au fait français.

Les centaines de représentants de municipalités et d’organismes francophones discuteront notamment de bilinguisme, de tourisme, de patrimoine et de culture, selon Isabelle LeBlanc, directrice des communications de la Ville de Moncton.

Comme ville fondatrice du réseau, Moncton a accepté d’accueillir la rencontre de 2019 à l’hôtel Delta, sur la rue Main.

«Parce que c’est le Congrès mondial acadien et qu’on est une ville fondatrice, on a voulu l’accueillir ici cette année. On va apprendre à la fin de la semaine quelle ville accueillera le prochain rendez-vous», dit Isabelle LeBlanc.

La porte-parole de la première ville bilingue au Canada estime que Moncton a une certaine expertise en bilinguisme, un atout qui lui permettra d’aider les municipalités d’autres régions qui souhaiteraient montrer leur penchant français.

«Souvent, les dirigeants de municipalités ne savent pas comment s’y prendre. Moncton a plusieurs années d’expérience sur la manière d’offrir des services aux résidents; ce qu’on fait au niveau de l’affichage, comment on envoie nos communiqués, quand est-ce que nos élus doivent parler dans les deux langues…», énumère la porte-parole.

«Ce qu’on a voulu faire comme municipalité en situation minoritaire, c’est de pouvoir outiller les communautés en leur donnant des pistes tangibles pour que les délégués puissent retourner dans leur communauté et tenter de faire valoir leur côté francophone ou francophile.»

Afin de contextualiser les invités sur la province d’accueil, trois animateurs relateront l’histoire du fait français au Nouveau-Brunswick. Il s’agira de l’auteur et ex-lieutenant-gouverneur Herménégilde Chiasson, de l’ancien maire de Moncton Brian Murphy et de la présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française Sue Duguay.

Une série de conférences sur l’économie du bilinguisme sont également au programme.

«On veut aussi parler du bilinguisme et de ce que ça donne sur le plan économique, parce que c’est souvent ce qu’on se fait demander», dit Isabelle LeBlanc.

D’après la porte-parole de la Ville de Moncton, les avantages économiques du bilinguisme ne sont pas toujours évidents. Deux conférenciers tenteront donc de les démystifier. Les panélistes seront Dawn Arnold, mairesse de Moncton, et Michel Carrier, Commissaire aux langues officielles du N-B.

Les maires des villes membres du Réseau se rencontreront aussi à huis clos pour discuter de la tenue du prochain événement.

Des réunions similaires avaient eu lieu en 2015 et en 2017 à Québec.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, sera de la partie, ainsi que Joel Robideaux, maire-président de la ville de Lafayette, en Louisiane.

L’écrivaine acadienne Antonine Maillet mènera un dîner-causerie sur l’histoire du territoire des Acadiens le 16 août.