Atholville: fierté acadienne sur la rue Notre-Dame

Depuis trois ans maintenant, la municipalité d’Atholville propose un tintamarre dans le cadre des festivités du 15 août. Un événement qui fait de plus en plus de bruit dans un Restigouche devenu un peu trop tranquille depuis quelques années pour la Fête acadienne.

On est loin des foules massives de Caraquet, mais la fierté acadienne était néanmoins bien palpable jeudi, en fin de journée, dans les rues de cette communauté acadienne.

Ce sont tout de même plus d’une centaine de personnes qui sont descendues sur la rue Notre-Dame à Atholville, fermée momentanément pour l’occasion. Ils étaient précédés du tintamarre routier régional organisé par la radio locale, CIMS-FM.

Grand absent de cette marche, le maire de l’endroit, Michel Soucy. Fervent amateur des grands rassemblements du Congrès mondial acadien, celui-ci a poursuivi sa tradition et pris la direction du Sud-Est afin de ne pas rater ce rendez-vous.

«Pour moi, c’est important de célébrer notre fierté d’être Acadien. Je le fais ici cette année à distance, dans le cadre du CMA, mais je suis de tout cœur avec les gens de ma communauté qui le souligne également», exprime M. Soucy.

Au cours des dernières années, la fierté acadienne semble en effet connaître un certain regain au Restigouche. Par le passé, la municipalité d’Atholville n’a jamais été reconnue comme un grand lieu de rassemblement pour ces célébrations, mais le regroupement avec les communautés de Saint-Arthur et Val-d’Amour a passablement changé la donne.

«On a toujours été fiers de nos racines, mais on l’exprimait peut-être moins bruyamment. Et puis, tout à coup, les populations de ces deux communautés hautement acadiennes et francophones se sont jointes à nous. Il faut dire que l’Acadie était célébrée avec vigueur à une certaine époque dans ces communautés. La dynamique de la fusion était donc l’occasion de réveiller tout ça, de bâtir sur cette fierté et d’utiliser ce lien commun comme un élément rassembleur», soutient le maire, soulignant que ce rassemblement remplit en quelque sorte un vide.

Ce dernier ne cache pas qu’il aimerait que le tintamarre de sa communauté devienne le lieu de rendez-vous incontournable pour la région, tout comme le sont ceux de Caraquet pour la Péninsule acadienne et de Petit-Rocher pour la région Chaleur.

«On veut que ce soit un grand rassemblement, que ce soit festif. Les autres communautés (du Restigouche) peuvent organiser des événements également, c’est certain, et on les encourage à le faire. Mais ce serait formidable si tout le monde se rassemblait à un même endroit, le temps d’un grand tintamarre», songe M. Soucy.

À la suite du tintamarre, une grande fête a été présentée. Elle mettait en vedette Amélie Hall, Laurie LeBlanc et le groupe local Duo VIP.

À noter que ces célébrations de la Fête acadienne marquaient également la fin des activités du Festival des Sommets d’Atholville.