Au coeur de l’identité acadienne à Tracadie et à Néguac

Le 15 août, c’est pour faire la fête, mais c’est aussi l’occasion de réfléchir à l’identité acadienne.

Lorsqu’il parcourt les routes, Keith Chiasson, député provincial de Tracadie-Sheila, songe souvent à cette question.

Le député est d’origine acadienne, mais il a grandi à Sudbury, en Ontario, une municipalité reconnue pour sa forte culture franco-ontarienne.

Le maire de Tracadie, Denis Losier, procède au lever du drapeau acadien.-Acadie Nouvelle: David Caron

«Quand on fait beaucoup de route, on pense à différentes choses. Je pensais dernièrement à ce que ça veut dire d’être acadien. La réponse qui m’est venue est que c’est notre histoire et notre chemin parcouru. Mes parents ont dû quitter la région pour travailler lorsque j’étais jeune, alors j’ai grandi ailleurs, mais on revenait visiter chaque été. Dès que j’arrivais, je me sentais chez moi. Je pense que c’est à cause de l’histoire enracinée en nous», a-t-il dit lors d’une cérémonie du lever du drapeau acadien jeudi en fin de matinée à Tracadie.

Le père de deux enfants est fier de constater que la nouvelle génération est prête à reprendre le flambeau.

«Je suis père d’ados et je vois que la fierté de leurs racines est aussi forte chez eux que chez les générations précédentes. C’est rassurant.»

Le discours de Denis Losier, maire de la Municipalité régionale de Tracadie, portait aussi sur la question de l’identité.

«Nous n’avons pas, en principe, de patrie, pourtant nous avons un drapeau, une culture et une langue qui nous est très chère. Aujourd’hui, on peut reconnaître que nous pouvons être victimes toute notre vie en tant qu’Acadien, ou que nous pouvons être des ambassadeurs pour vendre l’Acadie un peu partout dans le monde. (…) C’est à nous d’être des ambassadeurs partout dans le monde pour que notre langue et culture puissent vivre pendant encore bien longtemps.»

Néguac

Des célébrations du 15 août ont eu lieu un peu partout dans la Péninsule acadienne jeudi. À Néguac, c’est autour du célèbre phare de l’Île-aux-Foins que la communauté s’est réunie.

Sans prétention et en tout simplicité, la population était invitée à assister au lever du drapeau vers 12h30 et à prendre part à un barbecue, tout en écoutant à la musique du duo Bobby et Rinette.

Plusieurs en ont profité pour se vêtir aux couleurs du drapeau acadien. Rose-Marie et Caroline Breau et étaient du nombre. Les deux sœurs habitent aujourd’hui à Dieppe. Elles sont fières de conserver leur culture acadienne.

«C’est important de garder ça vivant pour nos enfants», dit Caroline.