Une dette de 24 000$ qui dérange à la Ville de Dalhousie

La possibilité de l’instauration d’une carte loisir pour les infrastructures sportives et récréatives de Dalhousie sera discutée plus en profondeur par les membres du conseil municipal de l’endroit.

Le sujet a été brièvement abordé lundi soir à la réunion publique du conseil. Le maire de Dalhousie, Normand Pelletier, n’a pas caché son agacement envers l’Association de hockey mineur du Restigouche.

C’est que l’organisation – alors en froid avec Campbellton à la suite de l’imposition de tarifs pour les non-résidents (carte loisir) – a utilisé en grande partie le Palais des glaces la saison dernière. Jusque-là, pas de problème, sauf qu’à l’aube de la nouvelle saison, l’AHMR doit toujours 24 000$ à la Ville de Dalhousie.

«C’est un montant énorme et c’est inacceptable de ne pas avoir été payé. Chose certaine, ce n’est pas à nos citoyens d’assumer la dette du hockey mineur du Restigouche et ils ne le feront pas», clame le maire, qui a tout de même tempéré ses propos par rapport à la semaine dernière. À ce moment, il avait carrément indiqué être prêt à couper l’accès du Palais des glaces au hockey mineur jusqu’à ce que la facture soit payée dans son intégralité.

Lundi soir, lui et son conseil se sont montrés plus conciliants, préférant laisser une chance au dialogue et du temps à la nouvelle équipe de l’AHMR de rechercher les solutions appropriées.

«On n’est pas là pour mettre un fusil sur la tempe à qui que ce soit. On préfère le dialogue. J’ai d’ailleurs justement parlé au nouveau président de l’association depuis et il s’est excusé pour cette malencontreuse situation. Il m’a également assuré que son organisation avait l’intention de payer sa facture», dit le maire.

Qu’à cela ne tienne, cette situation particulière n’est pas étrangère au questionnement actuel du conseil face à la mise en place d’une carte loisir similaire à celle de Campbellton.

Si aucune décision n’a été prise formellement, on avoue que la réflexion est bien présente au sein du conseil. Celui-ci prévoit d’ailleurs se rencontrer au cours des prochains jours afin d’aborder de front ce sujet et décider si ce système pourrait et devrait être implanté pour la saison à venir.

«Pour le moment, nous n’avons pris aucune décision à ce sujet, mais on va s’asseoir afin de déterminer qu’elle est la meilleure solution pour notre municipalité», indique le maire, rappelant que l’expérience des frais aux usagers avait été tentée par le passé et que celle-ci n’avait pas été particulièrement concluante.

«Nous ne sommes pas contre les enfants ou contre les municipalités de la région, mais je crois que nous n’aurons bientôt plus le choix d’aller avec un système semblable. On doit voir quel cheminement nous convient et si c’est l’établissement d’une carte loisir, alors ce sera ça», précise M. Pelletier.

Selon lui, l’idéal serait que toute la région participe financièrement – par le biais d’une taxe foncière – au maintien et au fonctionnement des infrastructures sportives.

«Tout le monde a des infrastructures, mais il faut comprendre qu’un terrain de soccer ou un terrain de tennis, ça ne coûte rien à entretenir comparativement à un aréna», exprime-t-il.

La Ville prévoit installer sa glace au début octobre.