Le jeu vidéo Clarevoyance dévoile les secrets d’une municipalité acadienne

Le jeune créateur originaire de Clare, Chad Comeau, présentera son jeu vidéo Clarevoyance mercredi à la bibliothèque de Moncton dans le cadre du Congrès mondial acadien. Il propose une incursion au cœur de la municipalité francophone de la Baie Sainte-Marie, où contes et légendes de la région sont mis en lumière.

Clarevoyance est une quête de la vérité à travers les histoires qui ont rythmé Clare selon Chad Comeau. Le joueur récolte des indices qui lui permettront de résoudre l’énigme en jeu.

«J’ai kinda toujours voulu faire une grosse game de Clare», dit-il.

Il sera invité à explorer divers mythes de Clare, dont celui du Cy à Mateur : une personne qui a réellement existé et qu’on soupçonnait d’avoir fait un pacte avec le diable. Il avait acquis des pouvoirs magiques et pouvait danser sur les murs.

Le joueur rencontrera aussi sur son passage Jérôme: l’inconnu de la Baie Sainte-Marie. Il s’agit d’un homme aux jambes amputées aux genoux qui a été retrouvé en 1863 sur la Sandy Cove, de la côte de la Baie de Fundy.

Jérôme n’a jamais dit un mot de sa vie, mais a été recueilli par des Acadiens. Ils ont pu s’occuper de lui grâce à des prestations gouvernementales.

Des gens de très loin sont venus le voir ce qu’on qualifiait à l’époque d’un phénomène de cirque. Intrigués par le personnage, des journalistes de New York débarquent aussi à Clare.

Dans le scénario du jeu, Jérôme est loin d’aimer toute cette attention. Clairvoyance permet aux joueurs de choisir son camp afin de changer la fin de l’histoire.

Le joueur découvre les explications derrière la légende, tandis qu’un journal tient en note les indices récoltés au fil du parcours.

«C’est vraiment simple, tu joues avec la souris, tu cliques. Il n’y a aucun timing ou challenge vraiment», lance-t-il.

Le jeu vidéo se joue d’ailleurs sur l’ordinateur, tant sur les plateformes Windows que Mac.

Chad Comeau a impliqué 110 personnes de Clare dans la réalisation de Clarevoyance. Une dizaine d’artistes ont aidé à créer la bande sonore, tandis que des citoyens ont fait des narrations et ont participé à la rédaction des quêtes du jeu.

«La nature du projet, c’était kinda hyper collaborateur.»

C’est avec déception que Chad Comeau confie ne pas avoir pu terminer le jeu à temps pour le Congrès. Le niveau 1 est toutefois disponible et le public pourra aller l’essayer demain à compter de 19h jusqu’à 20 h 30 à la bibliothèque de Moncton.

«Je pensais que j’étais paré à intégrer tout le contenu, mais j’ai eu si tant de problèmes techniques les derniers mois. J’ai travaillé vraiment fort pour essayer de le finir», déplore-t-il.

Traducteur de formation ayant travaillé dans le domaine pendant quatre ans, il décide il y a maintenant deux ans de se consacrer entièrement au développement de jeux vidéos.

Après une tentative d’obtenir du financement en 2016 pour le projet Clarevoyance qui s’est avérée infructueuse, Chad Comeau reçoit du financement gouvernemental en 2017. Il se lance alors au cœur de la création de ce jeu qui expose pleinement les charmes de Clare.