Une Acadienne de Tracadie au concours Miss United Nations à Toronto

Marie-Hélène Mallet, une jeune femme de Leech, à Tracadie, représente le Canada dans le cadre du concours Miss United Nations International à Toronto cette semaine. Ce concours de personnalité met l’accent sur le bénévolat, une pratique non étrangère à Marie-Hélène Mallet.

Depuis l’âge de 9 ans, Marie-Hélène Mallet participe à des concours de beauté ou de personnalité. Elle compile maintenant une belle feuille de route dans ce domaine.

En octobre, elle a été nommée Miss Atlantique Canada. Plus récemment, en mars, elle a reçu le titre de première princesse, soit la deuxième position au Miss Canada. Une victoire qui l’a encouragée à s’inscrire à des concours de plus haut calibre.

Le concours de personnalité Miss United Nations qui se déroule du 21 au 25 août et dont le défilé aura lieu samedi, dit évaluer ses candidates selon leur travail bénévole.

«Je suis très fière d’avoir la chance de représenter pas seulement ma petite région de Leech, mais tout le Canada dans ce concours international», dit Mme Mallet.

Marie-Hélène Mallet s’implique beaucoup auprès de sa communauté. Elle est entre autres bénévole à la Société Alzheimer du Nouveau-Brunswick. Son rôle est d’animer des groupes de soutien pour les proches aidants de gens atteints de démence. Elle s’investit aussi à la société des loisirs de sa région.

Les concours de beauté et de personnalité ont marqué une grande importance dans la vie de Marie-Hélène. Elle anime et juge des concours autant pour les jeunes filles âgées de 4 aux femmes de 50 ans.

«Les pageants m’ont apporté beaucoup dans ma vie personnelle. Je pense que c’est important de redonner aux femmes et aux jeunes filles qui désirent participer à ces expériences», dit-elle.

En plus, elle travaille à temps plein en tant que coordonnatrice clinique pour aider et sensibiliser les jeunes dans les écoles quant à la santé mentale. Elle complète aussi une maîtrise en travail social à temps partiel.

Cela ne l’empêche pas de faire du bénévolat deux à trois fois par semaine.

«Je pense que si on n’a pas de bénévole, on peut perdre beaucoup dans nos régions», lance-t-elle.

C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme qu’elle participe au Miss United Nation International où des candidates des quatre coins du monde seront présentes. Elles seront jugées dans quatre catégories: entrevue, mode, tenue de soirée et costume national. Marie-Hélène a mis beaucoup de temps et d’énergie dans une robe à l’effigie de la feuille d’érable.

La moitié des points est destinée à la catégorie «entrevue» soit l’art d’entretenir une conversation de façon claire et sympathique.

La jeune femme âgée de 29 ans explique que ce concours est beaucoup plus qu’un concours de beauté. Miss United Nations se penche davantage sur la façon dont les candidates agissent dans leur communauté.

Elle insiste pour dire que les candidates ne sont pas nécessairement jugées sur leurs proportions corporelles ou leur apparence.

«Je ne suis pas une personne qui croit dans les concours de beauté», lance-t-elle.

Elle compare les concours de personnalité, tels Miss United Nation International à des compétitions sportives. Celui ou celle qui maîtrise le mieux ses capacités gagne. Dans le cas des concours de personnalité, la démarche et les poses sont des capacités qui requièrent beaucoup de préparation et de discipline.