Un tout premier diacre permanent au diocèse de Bathurst

Un premier diacre permanent a été ordonné au diocèse de Bathurst. Il s’agit de Chris Kingston, ancien chef de département à la Ville de Dalhousie.

Mercredi, à l’Église catholique St.-John-Bosco de Dalhousie, M. Kingston a finalement reçu les honneurs du diaconat. Le jour est venu après quatre ans de formation et plusieurs années de dévouement spirituel.

Monseigneur Daniel Jodoin a présidé la cérémonie. L’évêque souligne la distinction entre un diacre permanent et temporaire.

«Tous les prêtres sont ordonnés au diaconat avant d’être ordonnés à prêtre, mais c’est temporaire. Tandis que là c’est un nouveau ministère qui a été remis en vigueur lors du Concile Vatican II, où les célibataires et les hommes mariés peuvent devenir diacre permanent», a-t-il clarifié.

Le diacre, par définition, est une personne qui assiste le dirigeant d’une église chrétienne. Il peut officier diverses célébrations comme des baptêmes, mariages, funérailles, mais sans eucharistie. Il peut également proclamer l’Évangile. Mgr Jodoin ajoute qu’un diacre permanent est au service de la liturgie, de la parole de Dieu et de la charité.

«Je suis retiré voilà 14 ans, note M. Kingston. J’ai suivi une formation assez rigoureuse à Rimouski au cours des quatre dernières années et j’ai aussi accompagné père Keith Joseph durant quelques années. Je suis assez familier avec les services aujourd’hui.»

Pourtant, le nouveau diacre en a toujours à apprendre.

«Je n’ai pas encore célébré de baptêmes ou de mariages. Je serai un apprenant pour la vie grâce à cette vocation.»

Afin de devenir diacre, il faut normalement être âgé de 35 à 55 ans, mais M. Kingston reconnaît être plus âgé que la «norme.» Cela ne l’a pourtant pas empêché de persévérer et de devenir le premier diacre dans l’histoire du diocèse de Bathurst.

«Ce processus exige du temps et de la patience, il faut que ça soit basé sur un appel de Dieu, et un vouloir de répondre à cet appel.»

L’homme de Dalhousie célèbre son 45e anniversaire de mariage cette année. Le consentement de son épouse a été essentiel pour entamer son parcours.

«Mon épouse est ma plus grande source de soutien. Je ne serais jamais arrivé ici sans elle. Elle me confie toujours son soutien inconditionnel.»

«Moment opportun»

Quand Mgr Jodoin est arrivé à Bathurst en 2012, il n’y avait aucun diacre permanent dans la région.

«J’ai fait la consultation auprès des prêtres et des laïcs afin de savoir si c’était opportun d’avoir ce ministère-là. J’ai eu l’accord pour avoir un diacre à l’église de Bathurst.»

Le diocèse de Moncton a ensuite suivi les pas de celui de Bathurst.

«Cette position a toujours existé au sein de l’église, mais je crois que la nécessité n’était pas là, a expliqué M. Kingston. Le moment est opportun maintenant. »

Au courant des prochaines années, deux autres diacres permanents devraient être ordonnés à Bathurst.