Édith Butler: première artiste acadienne au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Édith Butler sera intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens ce vendredi durant un spectacle du Congrès mondial acadien. Cette distinction en fait la première Acadienne à être intronisée en tant qu’artiste par l’organisation nationale. Elle ne se le cache pas: l’Acadie entière embarque avec elle dans ce prestigieux titre!

Édith Butler s’est exprimée avec beaucoup d’émotion quant à son entrée au Panthéon des auteurs et des compositeurs canadiens. Depuis ses débuts en 1964, la chanteuse a amené et fait briller la culture acadienne partout où elle s’est offerte en spectacle.

À travers ses 55 ans de carrière, ses albums se sont vendus à plus de deux millions d’exemplaires.

L’artiste originaire de Paquetville sera intronisée à l’espace Extrême frontière à Moncton. La remise de cette distinction aura lieu pendant un concert, duquel elle participera aux côtés de P’tit Belliveau, DJ Bing et Hubert Lenoir.

Depuis que le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens a vu le jour en 1998, des chansons d’artistes acadiens avaient été intronisées. Il n’y avait toutefois encore jamais eu d’Acadiens intronisés en tant qu’artiste. Édith Butler est la première, mais insiste pour dire qu’elle est loin d’y être seule.

«Je me dis que c’est pas juste moi qui rentre au Panthéon, c’est aussi toute l’Acadie qui rentre avec moi», affirme-t-elle.

Elle est maintenant élevée au rang des plus grands auteurs-compositeurs interprètes du pays. Elle siègera avec Joni Mitchell, Leonard Cohen, Neil Young et bien d’autres légendes de la chanson canadienne.

«Je n’ai jamais pensé que je serai à côté de Buffy Sainte-Marie. C’est des géants ! Tout d’un coup, je me retrouve à côté d’eux autres.»

Les artistes francophones se font plus discrets parmi ce temple des légendes de la musique. On y retrouve par exemple Félix Leclerc, Jean-Pierre Ferland, Gilles Vigneault, etc.

«C’est quelque chose d’assez exceptionnel, parce qu’il n’y a pas beaucoup de francophones qui sont dans le Panthéon. C’est probablement mon année chanceuse!»

Lundi dernier, elle a reçu les insignes du Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, une désignation du gouvernement français. En conférence de presse le 22 août, elle exprime toujours fièrement cette distinction, tout en ayant une grande humilité.

«La France m’a donné une assez belle médaille. Je la montre à tout le monde, même dans la rue», exprime-t-elle d’un rire chaleureux.

Mme Butler souligne avoir porté l’Acadie dans tous les endroits qu’elle a visités. Elle voit aujourd’hui cette entrée au Panthéon comme une récompense pour sa carrière qui lui a permis d’exposer la beauté de la culture acadienne.

«J’ai toujours suivi ce mouvement-là, je ne me suis pas fait attraper par la business ni par le star-system. J’avais un but et puis je voulais faire connaître cette culture-là, parce que c’était tellement beau, tant les chansons que le peuple.»

Elle dit être très émue par cette reconnaissance envers elle, mais avant tout envers son peuple.

«Quand ils vont voir mon nom, ils vont toujours voir à côté “Paquetville”ou “Acadie”», conclut-elle en souriant.