Comment ne pas se ruiner à la rentrée

Avec les célébrations du 15 août dans le rétroviseur, plusieurs familles tournent leurs pensées vers la rentrée scolaire. Une planificatrice financière partage ses conseils pour traverser la saison sans dépasser son budget.

Crayons, cartables, calculatrices, vêtements, sacs à dos, chaussures… pour bien des familles, la liste de fournitures pour la rentrée scolaire est longue comme le bras.

Sarah Morrison, syndic autorisée en insolvabilité chez Grant Thornton Limited, connaît bien la routine. Mère de quatre enfants d’âge scolaire, elle a traversé de nombreuses rentrées scolaires. Elle est familière avec le coup dur qu’elles peuvent porter au portefeuille.

Un sondage effectué par l’entreprise d’épargne numérique Retailmenot a trouvé que les parents compte en moyenne payer 674$ pour la rentrée, ce qui représente une hausse de 56$ comparativement à 2018. Une recherche effectuée par la firme Deloitte avance quant à elle que les Américains paieront 519 $USD (690 $CAD) par étudiant en 2019.

Mme Morrison offre ses conseils pour respecter son budget.

Impliquer les enfants

Le magasinage de la rentrée peut être une occasion en or pour apprendre à ses enfants une leçon importante sur la gestion de l’argent.

Chaque année, Mme Morrison offre un montant à ses deux plus vieilles filles, âgées de 11 et 12 ans, pour l’achat de certains articles. Elles doivent ainsi apprendre à prioriser leurs achats.

«Si c’est plus important pour elles d’avoir un nouveau sac d’école ou un habit plus dispendieux, je leur laisse la décision. Elles apprennent que, bien qu’elles aimeraient avoir tout nouveau, il faut faire des choix.»

Réutiliser

La mère de quatre enfants conseille de faire l’inventaire des fournitures scolaires que l’on a déjà à la maison avant de commencer son magasinage. Bien souvent, on découvre qu’on n’a pas besoin d’acheter à neuf tout ce qui se retrouve sur la liste.

«Les calculatrices, les règles et les plumes: on en a souvent qu’on peut utiliser d’une année à l’autre. Au début, quand mes enfants étaient tous jeunes, je voulais que tout soit neuf. Mais avec quatre enfants, on ne peut plus se permettre un tel luxe! Je suggère fortement à quiconque suit un budget de faire l’inventaire avant de magasiner.»

Faire sa recherche

La plupart des entreprises réduisent le prix de certains articles afin d’attirer des clients à leurs succursales. Mme Morrison avertit qu’on doit résister à la tentation d’acheter toutes ses fournitures scolaires dans le premier magasin qu’on entre. En faisant sa recherche d’avance – en fouillant les circulaires et les commerces en ligne – on réussit souvent à trouver tout à des prix réduits.

«Ça prend un peu plus de temps, mais ça vaut la peine de regarder les prix partout. Que ce soit Walmart, Staples ou les pharmacies comme Jean-Coutu et Shoppers Drug Mart, ils ont tous des articles à prix réduit. On peut trouver par exemple que le papier est moins cher au Staples, et les plumes sont moins chères au Walmart, etc. C’est mieux qu’acheter tout à une place.»

Avoir un plan

Mme Morrison suggère d’établir un montant exact qu’on peut se permettre de dépenser avant de commencer à magasiner.

«Si on arrive sur place et qu’on n’a pas de plan, on va dépenser plus qu’il ne faut. Si on met les dépenses sur une carte de crédit, on peut se retrouver dans une situation où on ne peut plus faire ses paiements à la fin du mois.»

Elle ajoute que personne ne devrait se laisser surprendre par la rentrée scolaire, puisqu’elle a lieu chaque année au même moment. En établissant un budget annuel, on peut épargner un peu d’argent chaque mois afin d’éviter un coup soudain au portefeuille à la fin août.

«Pour prendre un chiffre facile, disons qu’on prévoit que ça va nous coûter 1200$ par année. Ça veut dire que je place 100$ par mois dans un compte d’épargnes. Comme ça, c’est déjà planifié, et ce n’est pas un gros montant qui sort chaque mois.»

Elle suggère d’ailleurs d’appliquer cette tactique à toutes les dépenses annuelles, tels le magasinage du temps des fêtes et les diverses saisons sportives.