Le succès du match à Moncton, pas représentatif pour la LCF à Halifax

Un membre du groupe qui espère installer une équipe de la LCF à Halifax soutient que le succès ou l’échec de l’événement Touché Atlantique à Moncton n’aura pas d’impact sur leurs objectifs à long terme.

Anthony LeBlanc, de Schooners Sports and Entertainment, a réfuté les théories selon lesquelles une faible assistance lors du match entre les Alouettes de Montréal et les Argonauts de Toronto aurait un impact négatif sur le travail du groupe, qui se prépare à remettre un plan d’affaires au conseil de Halifax à la fin du mois.

Malgré des rapports plus tôt cette semaine selon lesquels la vente des billets pour le match progressait au ralenti, LeBlanc s’est dit confiant de voir le stade de l’Université de Moncton être «presque plein» lors du début du match. La capacité du stade est d’un peu plus de 10 000 personnes.

LeBlanc a admis que la présentation d’un match de saison régulière était une occasion pour les Maritimes de briller sur la scène nationale, mais «pas vraiment pertinente» en ce qui concerne l’ajout d’une équipe dans cette région.

«Nous voyons ce match comme une occasion pour ceux qui n’en ont pas d’assister à un match de la LCF, de découvrir l’engouement généré par ce sport», a dit Leblanc.

Le maire de Halifax, Mike Savage, a admis que le plus important viendrait après le match de dimanche à Moncton.

Savage a rappelé que le conseil régional doit toujours recevoir un plan d’affaires avant de prendre la décision d’appuyer ou non la candidature d’une équipe de la LCF et la construction d’un stade à Halifax.