Caraquet: demande d’emprunt de 3,6 millions $ pour un amphithéâtre

La Ville de Caraquet franchit un pas de plus vers la réalisation de son Centre régional des générations. Ses élus viennent de confier à la municipalité l’autorisation de procéder à un emprunt de 3,6 millions $, remboursable sur une période de 30 ans, à la province.

«Ça laisse entendre aux gouvernements (de Fredericton et d’Ottawa) que nous sommes prêts», a indiqué le maire Kevin Haché, lundi, en réunion extraordinaire.

Ce complexe multifonctionnel doit comprendre notamment un nouvel aréna afin de remplacer le Colisée Léopold-Foulem, en fin de vie. Une piste intérieure de marche/course, un centre plein air, diverses salles multifonctionnelles, une cuisine, une salle d’activités pour enfants et plusieurs autres espaces communautaires sont aussi inclus dans ce projet d’une valeur de 15 millions $.

Il doit être construit à l’arrière de la piste d’athlétisme, sur le plateau qui abrite actuellement le centre plein air et l’édifice Donat-Cormier, principalement utilisé par les groupes scouts de la communauté.

La campagne de financement, lancée en octobre 2018, va bon train, avec des promesses de dons de 1,9 million $ sur un objectif de 2 millions $. Les communautés avoisinantes – Bas-Caraquet, Bertrand, Grande-Anse, Maisonnette, Saint-Léolin et Paquetville – ont également accepté de contribuer en partie dans les autres 2 millions $ requis pour convaincre l’injection de fonds publics du fédéral et du provincial.

La Ville de Caraquet se permet au besoin de ne pas utiliser la totalité des 3,6 millions $ demandés à la Commission des emprunts de capitaux par les municipalités.

«Nous avons le terrain, nous avons la campagne de financement et nous avons les plans. Il ne manque plus que deux partenaires», a ajouté le maire.

Une autorisation d’emprunt est une prérogative pour des projets d’une telle envergure. C’est aussi un message clair envoyé autant à Fredericton qu’à Ottawa que Caraquet est prête à passer à la prochaine étape. On vise toujours un début de travaux du Centre régional des générations en 2020.

Le maire Haché affirme qu’il est important de montrer à toute la classe politique que sa ville a fait sa part pour réaliser cette infrastructure majeure, peu importe le fait que des élections fédérales s’en viennent en octobre.