Atholville entend prendre un tournant plus «vert»

La municipalité d’Atholville a adopté des moyens pour combattre les émissions de gaz à effet de serre sur son territoire.

Bien qu’elle soit passablement boisée et petite en terme de population, la municipalité d’Atholville rejette néanmoins passablement de ce type de gaz dans l’atmosphère, notamment en raison de la présence chez elle de la papetière d’AV Cell du groupe Aditya Birla. Mais ce n’est pas tant les rejets de cette entreprise plutôt que l’urgence de faire sa part pour l’environnement de façon générale qui a motivé le conseil à se pencher sur des mesures visant à réduire son empreinte environnementale.

«Les gens seraient surpris de voir ce qui est rejeté dans l’atmosphère par le moulin, c’est beaucoup moins que ça en a l’air. Toutefois, on sentait que nous devions quand même faire quelque chose pour réduire notre empreinte. C’est un geste envers notre société et envers le reste de la planète», exprime le maire de l’endroit, Michel Soucy.

En collaboration avec la Fédération canadienne des municipalités, le village a effectué un inventaire de ses propriétés et de leurs rejets. La municipalité songe maintenant à convertir certains de ses édifices à la biomasse. Pour le moment, on vise surtout l’hôtel de ville, un complexe qui abrite également la brigade des incendies.

«Actuellement, notre édifice est chauffé au mazout, c’est très cher et très polluant. La conversion sera donc bénéfique, autant au niveau économique qu’écologique», estime le maire, notant qu’une partie des coûts de ce projet pourrait être défrayée par le biais d’un programme gouvernemental.

La municipalité étudie la possibilité d’étendre cette mesure à d’autres bâtiments lui appartenant, notamment les brigades des secteurs Val-d’Amour et Saint-Arthur, la Salle Alma, la bibliothèque publique ainsi que quelques autres.

«L’inventaire de nos infrastructures nous permet de voir quelles améliorations – majeures ou mineures – pourraient être apportées afin de contribuer à réduire nos émissions», explique le maire.

Les données recueillies ont servi pour la confection d’un plan d’action en matière de réduction de gaz à effet de serre. Celui-ci sera présenté publiquement pour adoption le 16 septembre, lors de la réunion mensuelle du conseil.

Autre mesure à saveur environnementale, la municipalité a annoncé qu’elle venait d’étendre le programme de recyclage aux PME de son secteur, un service qui était jusqu’ici réservé aux citoyens.

«Le recyclage est un dossier qui nous tient vraiment à cœur depuis longtemps, et certains propriétaires de commerces nous ont approchés disant trouver dommage de ne pas pouvoir se prévaloir du programme. En analysant la situation, on a décidé de leur permettre d’y prendre part avec les mêmes règles que les citoyens, soit un maximum de deux bacs de recyclage. Ce sera par contre leur responsabilité d’acheter les bacs qui ne seront pas fournis par la municipalité», explique le maire.

S’il croit que la municipalité se doit de faire des efforts pour devenir plus «verte», M. Soucy estime par ailleurs qu’il s’agit d’une responsabilité qui incombe à tout un chacun.

«Tout le monde peut contribuer positivement pour l’environnement. En fait, on a tous une responsabilité sociale. Si tout le monde en fait un peu pour améliorer la situation, ça pourrait faire une grosse différence», croit-il.