Dieppe met le cap sur la voiture électrique

La Ville de Dieppe souhaite stimuler l’engouement de ses résidents pour les voitures électriques. Le conseil municipal a décidé ce lundi que les propriétaires qui souhaitent obtenir du financement pour l’achat d’une borne de recharge à usage domestique sont admissibles.

Un incitatif financier de la municipalité avait été établi en mars pour subventionner les bornes de recharge installées au domicile. Bémol: seuls les propriétaires de nouvelles constructions y avaient accès.

Celles-ci comprenaient tant les maisons unifamiliales que les immeubles d’habitation.

Le budget de la Ville stipulait pouvoir subventionner dix bornes de recharge à domicile pour une période de 12 mois.

André Frenette, directeur du service de planification et développement à la Ville de Dieppe, explique que cette initiative fonctionne selon le principe de premier arrivé, premier servi.

Pourtant, un seul propriétaire a postulé pour le financement d’une borne de recharge, et ce, en l’espace de six mois.

«C’est un incitatif qui semblait quand même être assez populaire, même si on a juste déboursé pour un.»

La subvention peut couvrir jusqu’à 1000$ avant les taxes de la borne de recharge à usage domestique. M. Frenette souligne que deux types de bornes sont sur le marché, dont les prix sont compris entre 900$ et 1200$.

Il a proposé un amendement au projet «Incitatif financier envers l’installation de borne de recharge à usage domestique». À compter de maintenant, tous les propriétaires de Dieppe, de résidences déjà existantes ou en construction, pourront appliquer pour obtenir du financement.

«C’est pour être plus équitable pour les résidents de Dieppe avec cet incitatif-là», soutient-il.

Le conseil municipal de la Ville de Dieppe a accepté l’amendement à la politique. Le nombre de bornes subventionnées, maintenant rendues à 9, ne changera toutefois pas.

Ce projet n’a pourtant pas fait l’unanimité. Les conseillers municipaux Daniel Allain et Lise LeBouthillier ont affiché quelques questionnements quant à l’amendement proposé.

«J’ai un petit brin de difficulté avec ça moi, qu’on paye 100% d’une borne de recharge domestique pour fins personnelles», déplore M. Allain.

Alexandre Girard, urbaniste au service de planification et développement à la Ville de Dieppe, a expliqué que les coûts de main-d’oeuvre ne font pas partie de l’incitatif financier.

«Ça rembourse jusqu’à 1000$. Alors si c’est 800$, on rembourse 800$. Les résidents sont responsables de voir à l’installation» a ajouté le conseiller municipal Marc Melanson.

Les deux conseillers municipaux ont tout de même voté contre cet amendement.

Au départ, la Ville de Dieppe a voulu offrir cet incitatif seulement aux propriétaires de nouvelles constructions dans un effort de stimuler le développement immobilier.

Environ cinq propriétaires de maison déjà existantes ont manifesté leur intérêt pour obtenir une telle subvention de leur municipalité, selon M. Frenette.

«On a beaucoup de gens qui nous ont appelés pour nous dire qu’ils aimeraient que cet incitatif-là soit ouvert à toutes les résidences et non seulement aux nouvelles constructions», dit-il.

Cet incitatif financier pour l’installation d’une borne de recharge à usage domestique fait partie des efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) instaurés par la Ville de Dieppe.

La municipalité s’était donné comme objectif d’avoir réduit ses GES tant corporatifs que collectifs de 6% en 2025. L’année de comparaison est 2012.

La Ville a d’ailleurs a autorisé l’achat de deux voitures électriques de Moncton Kia au coût de 93 366,84$ dans le cadre du projet SAUVéR (système d’autopartage de véhicule électrique en région).

De ce montant, 50% sera remboursé par la Fédération canadienne des municipalités.

Suite au processus d’appel d’offres, quatre soumissions avaient été reçues par la Ville. Le conseiller Melanson souligne que deux avaient rencontré tous les critères, mais Moncton Kia a remporté la course.

L’initiative est en cours depuis quelques années. Il s’agit d’un partenariat entre la municipalité et l’association des municipalités francophones du N-B.

Alexandre Girard, explique que l’objectif du projet est de remplacer deux véhicules de la flotte municipale par des véhicules électriques.

Il souligne que ces voitures électriques font partie d’un projet d’autopartage avec des organismes à but non lucratif de la Ville de Dieppe.