Le Regroupement féministe à la défense de la nouvelle lieutenante-gouverneure

Le conseil d’administration du Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick prend la défense de Brenda Murphy, la nouvelle lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick.

Plus tôt cette semaine, la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) a critiqué la nomination d’une lieutenante-gouverneure unilingue.

Selon Robert Melanson, président de l’organisme, il est inconcevable qu’une lieutenante-gouverneure ne puisse s’exprimer dans les deux langues officielles de la province qu’elle représente.

Le conseil d’administration du Regroupement féministe du N.-B. exprime un point de vue différent.

«Les questionnements entourant d’éventuels reculs en terme de francophonie sont légitimes et sérieusement pris en compte par le RFNB. Néanmoins, nous avons espoir qu’en raison et de la vision féministe de Mme Murphy, elle fera le nécessaire pour assurer la réelle compréhension de la loi, besoins et enjeux des communautés francophones», a indiqué l’organisme sur son site web.

L’organisme féministe assure que la nouvelle élue a «les compétences adéquates pour le poste», et qu’elle saura certainement enrichir la province au-delà de ses compétences linguistiques.

La RFNB souligne que la représentation des femmes, tout comme celle des francophones, est un enjeu central qu’il ne faut pas oublier.

«Nous tenons à rappeler que c’est la deuxième fois qu’une femme occupe le poste de lieutenante-gouverneure l’une à la suite de l’autre. Effectivement, sur 32 lieutenants-gouverneurs de la province, seulement quatre furent des femmes. Avant aujourd’hui, nous n’avions jamais eu une personne provenant du secteur féministe et de la défense des droits. Cela marque une grande avancée du point de vue des droits de la personne.»

Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick n’est pas seul à être optimiste envers cette nomination.

Mario Levesque, politologue à l’Université Mount Allison, avait aussi confié à l’Acadie Nouvelle en début de semaine que ce changement représentait un progrès important sur certains aspects.

En plus d’être une des rares femmes à atteindre ce titre, Mme Murphy serait la première personne homosexuelle à occuper la position.

«Au RFNB, nous croyons qu’il est nécessaire de prendre en compte ce croisement d’identités pour comprendre toute la complexité des enjeux.»