Le Restigouche-Est bientôt connecté par un réseau de sentiers

Des travaux auront finalement lieu cet automne afin d’aller de l’avant avec le réseau de sentiers régional Restigouche-Est, réseau qui doit relier les cinq principales communautés de ce secteur.

On parle ici des municipalités de Balmoral, de Charlo, de Dalhousie, d’Eel River Dundee ainsi que de la Première Nation autochtone d’Eel River Bar. C’est d’ailleurs le regroupement municipal BCDE qui pilote ce projet, un dossier sur la planche à dessin depuis près de deux années.

Le déclenchement de l’élection fédérale plus tôt cette semaine a empêché le dévoilement officiel de l’annonce du financement d’Ottawa prévu pour l’avancement du projet. N’empêche, annonce ou pas, les fonds sont désormais en banque et permettront au comité responsable de donner le coup d’envoi des travaux.

Il faut dire que le projet est imposant en soi. Il est question de standardiser les sentiers (pédestres et cyclables) existants dans chacune des communautés concernées puis de les connecter afin de créer un seul et grand parcours totalisant 43 kilomètres. Cela signifie apporter des améliorations, faire l’ajout de connexions entre les sentiers municipaux, voire même construire des sections complètes par endroits.

Pour que cela se réalise, le comité BCDE vient d’obtenir un montant de 80 000$ de la part du gouvernement fédéral. La province s’est engagé de son côté à hauteur 160 000$, tout comme les cinq communautés impliquées (32 000$ chacune). Le coût total du projet joue donc ainsi aux alentours des 400 000$.

«C’est un chantier important qui nous attend», confirme Nancy Savoie, agente de développement pour le regroupement BCDE.

«La première phase, celle qui doit prendre son envol au cours des prochaines semaines, vise à améliorer les infrastructures existantes. Ce qui doit être construit le sera davantage au printemps, car il y a des endroits où l’on doit faire des connexions, des bouts de sentiers, de petits ponts même. À Balmoral, entre autres, le sentier est inexistant, tout comme celle d’Eel River Bar le long de la plage», poursuit Mme Savoie, disant espérer avoir un produit prêt pour l’été ou l’automne prochain.

Initialement, les promoteurs avaient dit espérer pouvoir procéder à l’inauguration à l’automne 2019, ce qui est aujourd’hui irréaliste.

Mme Savoie souligne que les travaux porteront également sur l’aspect de la signalisation et de l’interprétation.

«Il y a des municipalités qui sont vraiment avancées puisqu’elles avaient déjà un système de sentiers solide. À d’autres endroits, le gros défi c’est le manque de signalisation ainsi que l’identification», dit-elle.

Selon la coordonnatrice, ce projet représentera la pierre angulaire du développement touristique pour le Restigouche-Est pour les années à venir. Plus que de simplement joindre les communautés entre-elles, il contribuera à apporter les gens à des endroits stratégiques au niveau touristique comme, par exemple, le Jardin Héritage, la plage et le camping de Charlo ou le parc Inch Arran de Dalhousie.

«Ce sentier va littéralement définir l’offre touristique pour l’est du comté de Restigouche. On veut avoir un réseau de sentiers de qualité qui nous relit, qui nous unit, mais aussi qui a le potentiel d’attirer les gens d’autres régions qui veulent vivre une expérience», mentionne Mme Savoie, notant être déjà en pourparlers avec des opérateurs touristiques intéressés par la mise en branle de ce sentier.

«Et chaque municipalité a aussi différentes options en tête. Le sentier n’est donc que le début d’une histoire de développement touristique», ajoute-t-elle.

En étant d’une longueur de 43 km, le sentier régional pourrait notamment être le lieu d’un marathon ou d’une course d’endurance. À noter qu’il sera utilisé au cours des quatre saisons. Lorsqu’il sera terminé, le sentier sera représentatif du Restigouche-Est, traversant des zones humides, des secteurs montagneux et longeant ce qui est considéré comme l’une des plus belles baies du monde.