Le prix de l’essence est sur le point de s’enflammer

À la suite de l’attaque de deux sites pétroliers en Arabie saoudite, samedi matin, les prix du pétrole brut ont grimpé d’environ 15% sur les marchés internationaux, lundi. Qu’en sera-t-il du prix de l’essence au Nouveau-Brunswick?

Herb Emery, président par intérim du département de sciences économiques à l’Université du Nouveau-Brunswick, signale par courriel que les Néo-Brunswickois devront vraisemblablement payer plus à la pompe.

«Je pense que les répercussions principales se feront sentir sur le prix en gros du pétrole brut, ce qui pourrait avoir un impact sur la raffinerie de Saint-Jean», a-t-il expliqué.

«Si la raffinerie néo-brunswickoise peut assurer un prix suffisamment élevé pour ses produits transformés, l’augmentation du prix du pétrole brut pourrait ne pas avoir d’impact défavorable. Par contre, si les prix de détail ne s’ajustent pas, les marges de profit réduites pourraient entraîner une diminution de la production et donc, une augmentation des prix.»

Pierre-Marcel Desjardins, professeur d’économie à l’École des hautes études publiques de l’Université de Moncton, est du même avis: le prix de l’essence devrait augmenter dès cette semaine.

M. Desjardins souligne que l’usine de traitement de pétrole attaquée par drone ce week-end est responsable d’environ 50% de la capacité pétrolière en Arabie saoudite et environ 6% de la production mondiale.

«Ce sont des pourcentages non négligeables», relate-t-il lors d’un entretien téléphonique.

Bien qu’il est encore «très difficile» de prédire à combien cette hausse pourrait s’élever, le professeur rappelle que les premières réactions furent significatives.

Lundi, le pétrole brut américain a fait un bond de plus de huit dollars pour clôturer la journée à 62,90 $ US le baril et le Brent a gagné près de neuf dollars le baril pour atteindre 69,02 $ US.

«Au Nouveau-Brunswick, il y a un élément supplémentaire qui peut engendrer des hausses, a indiqué M. Desjardins. Soit le fait que les prix sont réglementés en fonction des prix internationaux.»

À moins d’une surprise, c’est jeudi matin que les Néo-Brunswickois pourront constater les premiers impacts de la hausse anticipée du prix de l’essence.

La Commission de l’énergie et des services publics du Nouveau-Brunswick établit en effet de nouveaux prix maximums des produits pétroliers chaque jeudi à 0h01.

Depuis jeudi dernier, le prix maximum de l’essence ordinaire vendu dans la province s’établit à 120,6 cents le litre.

En fonction des dégâts

Octave Keutiben, lui aussi professeur à l’École des hautes études publiques, précise que la durée des augmentations à la pompe sera relative à l’ampleur des dégâts.

«Les répercussions dépendent du temps qu’il faut pour réparer les installations. Si les dégâts sont énormes, ça pourrait durer plus longtemps.»

M. Keutiben note également que tous les marchés pétroliers sont connectés et que ceux-ci profitent donc parfois de situations comme celle-ci pour augmenter leurs prix.

«On peut s’attendre à ce que le coût d’achat augmente, mais on ne sait pas quand ou de combien», a-t-il résumé au bout du fil.

L’Acadie Nouvelle a tenté de joindre un représentant de la raffinerie Irving à Saint-Jean, mais personne n’a répondu à notre demande d’entrevue.