Moncton participe au mouvement mondial pour le climat

Aux quatre coins du pays, des manifestations auront lieu la semaine prochaine pour braquer les projecteurs sur les nombreux défis environnementaux. Moncton ne fait pas exception: la Marche mondiale pour le climat Main attira des centaines de personnes sur la rue Main, selon les organisateurs.

L’association Symbiose de l’Université de Moncton voit grand pour la manifestation qui aura lieu le 27 septembre, à l’occasion de la semaine de mobilisation mondiale pour le climat. Outre sonner l’alarme auprès du public, le groupe environnemental veut convaincre la Ville à prendre le dossier des urgences climatiques davantage au sérieux.

Lors du dernier conseil municipal, Lise Ethier, co-organisatrice de la marche, a fait valoir que la Ville n’en fait pas assez pour contrer les changements climatiques.

«Ce qu’on demande, c’est que chaque municipalité en fasse un peu plus pour diminuer son empreinte écologique.»

C’est pourquoi elle veut organiser un forum citoyen à la suite de la manifestation. Elle a formellement invité les représentants de la Ville à participer à la marche ainsi qu’au débat. Ce panel permettra aux citoyens de suggérer des moyens de réduire l’empreinte de la Ville.

Il y sera question, notamment, de l’utilisation des panneaux solaires, du transport électrique et des pistes cyclables.

«On ne veut rien de moins qu’un centre-ville où il y aura une voie complète pour les vélos», ajoute-t-elle.

La militante écologiste aimerait que cette séance, ouverte au public, se déroule dans la salle du conseil municipal. La mairesse Dawn Arnold a décliné l’invitation, car elle présidera une réunion au même moment. Le conseiller général et maire adjoint, Pierre Boudreau, a toutefois confirmé sa présence.

«Je peux vous assurer que je serai à l’hôtel de ville pour vous accueillir et vous donner de l’information», a-t-il répondu.

Il a cependant expliqué que la salle du conseil municipal n’est pas le meilleur endroit pour tenir un forum citoyen en raison de l’espace restreint.

M. Boudreau a plutôt offert à Lise Ethier d’installer des micros devant l’hôtel de ville, afin d’offrir une tribune aux citoyens qui veulent s’exprimer. Un espace plus approprié, selon lui, pour «faire passer le message climatique».

En avril, Moncton a déclaré une urgence climatique et a entériné une motion ayant pour objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

«On considère qu’il n’y a pas assez qui est fait. On dirait qu’il y a quelqu’un qui ne comprend pas c’est quoi une urgence», déplore Lise Ethier.

Une demande a été faite à l’administration municipale pour que le transport en commun soit gratuit le 27 septembre afin de permettre la participation du plus grand nombre possible de citoyens.

La marche débutera au Centre Avenir, à midi, et se terminera à l’hôtel de ville.