Blaine Higgs: «Les prochains mois et les prochaines années seront difficiles»

Le premier ministre Blaine Higgs a présenté les nouvelles priorités de son gouvernement tout en mettant en garde la population contre les décisions difficiles qui pointent à l’horizon.

«Nous sommes à un tournant dans cette province et beaucoup pourraient dire que nous sommes à un stade de crise», a déclaré le premier ministre mardi lors d’un point de presse à Fredericton.

M. Higgs s’inquiète particulièrement de la dette publique, du fardeau fiscal des citoyens et des entreprises et de la pénurie de main-d’oeuvre.

«Nous devons aussi mieux utiliser les ressources que nous avons.»

Afin de remédier à la situation, il promet de faire du ménage dans les dépenses du gouvernement, notamment en santé.

«Nous allons évaluer chaque (programme) pour établir des priorités en fonction de ceux qui connaissent véritablement du succès», a-t-il dit.

«Est-ce que tout le monde sera content? Absolument pas. Et je suis certain que les prochains mois et les prochaines années seront difficiles alors que nous irons de l’avant.»

À l’agenda des progressistes-conservateurs pour les prochains mois: un gouvernement abordable et performant, une éducation de première classe, un secteur privé dynamisé, des communautés viables et des soins de santé fiables.

Blaine Higgs a fourni très peu d’explications sur ces priorités, indiquant que les détails seraient dévoilés plus tard.

En matière de soins de santé, le premier ministre a toutefois précisé qu’il allait falloir changer certaines façons de faire, rappelant à deux reprises que le Nouveau-Brunswick possède 50% plus de lits d’hôpitaux que la moyenne nationale.

«Tout n’est pas important, alors qu’est-ce qui l’est ? Les soins intensifs sont importants. L’accès aux soins primaires est important. La façon dont nous livrons ces services pourrait devoir changer», a-t-il suggéré.

M. Higgs promet d’améliorer les soins de santé en réalisant des économies à même le système qui pourront se transformer en réinvestissements dans les secteurs prioritaires.

«Nous n’en accepterons pas moins dans aucun domaine, mais nous devrons accepter de faire les choses différemment parce que nous n’avons pas le choix.»

«En tant que société au Nouveau-Brunswick, nous devons nous préparer à faire des choix.»

Le chef du Parti libéral, Kevin Vickers, a critiqué le premier ministre pour sa vision qui se résume selon lui à faire des coupes.

«(M. Higgs) coupe juste pour couper. On ne peut pas atteindre la prospérité juste en coupant», a-t-il dénoncé.

M. Vickers a aussi déploré que l’environnement ne fasse pas partie de la liste des priorités de Blaine Higgs.

«Cet homme et son gouvernement sont des climato-sceptiques tout comme son ami Andrew Scheer à Ottawa et son héros, Doug Ford.»

Interrogé durant son point de presse sur l’absence de l’environnement parmi sa liste de priorités, M. Higgs a précisé que le sujet faisait partie de la catégorie «communautés viables».

Il a réitéré son ambition de soustraire le Nouveau-Brunswick à la taxe fédérale sur le carbone pour faire seulement payer les grands émetteurs qui sont déjà soumis à une tarification de leurs émissions en vertu des règlements fédéraux.

Fredericton entend aussi accorder son attention à la gouvernance locale au cours des prochains mois puisque le modèle actuel «n’est pas viable à long terme», selon M. Higgs.

«Si nous ne changeons pas notre façon de voir la gouvernance locale pour regarder la situation dans son ensemble, les collectivités continueront à faire face à de grands défis financiers et de gestion», a-t-il dit.

Le premier ministre a notamment évoqué la possibilité de créer sept pôles économiques par-dessus les douze commissions de services régionaux pour inciter les municipalités à collaborer entre elles.

Le gouvernement souhaite également faciliter la vie des entreprises en réduisant la paperasserie administrative (red tape) et les réglementations en vue d’accroître les investissements du privé dans la province.

«Lorsque les entreprises doivent affecter des ressources pour se conformer aux règles et aux règlements, surtout quand ils ne sont pas clairs, cela les empêche de se concentrer sur leur croissance, sur la création d’emplois et sur la stimulation de l’économie», a-t-il prévenu.

D’après le Conseil économique du Nouveau-Brunswick, les priorités du gouvernement Higgs «semblent un pas dans la bonne direction (…) pour atteindre la prospérité» même si «des mesures et un plan d’action pour les concrétiser sur le terrain se font attendre.»