Climat: une marche historique au centre-ville de Moncton

Une impressionnante foule d’environ 2000 manifestants a déferlé sur la rue Main pour clamer haut et fort que les politiciens prennent au sérieux l’urgence climatique. Du jamais vu dans l’histoire de la ville.

Bruits de tambours entraînants, affiches aux slogans percutants et habits des plus colorés ont bousculé le centre-ville de Moncton vendredi midi.

 

Des discours poignants quant à la menace des changements climatiques ont fait vibrer le Centre Avenir et que l’hôtel de ville de Moncton, lieu de départ et de fin de cette grande marche.

Organisée par le groupe Symbiose, la Marche Mondiale pour le Climat a attiré plus de 2 000 personnes selon les estimations de la police. Des manifestants de toutes les générations ont scandé leurs revendications pour attirer l’oeil des élus.

La présence d’enfants et de nombreux adolescents, notamment de l’école Mathieu-Martin, a frappé l’imaginaire de Moncton.

«C’est notre futur. Les changements climatiques ne discriminent pas par l’âge. Les jeunes vont les sentir de façon beaucoup plus sévère», a clamé Claire Kelly, candidate de Moncton-Riverview-Dieppe du Parti vert.

Antoine Zboralski, président de Symbiose, coorganisateur de la manifestation de Moncton ne pensait pas franchir le cap des 1000 personnes. L’association s’est dite heureuse de voir tous ces jeunes déambuler pour demander des comptes aux élus et réclamer une prise de conscience générale.

«C’est rassurant de voir ces jeunes-là. Ils ont compris ce qui se passe. Ils savent que c’est sur eux que ça va retomber à la fin.»

M. Zboralski a applaudi une «marche historique» à Moncton durant une allocution.

Pierre A. Boudreau, conseiller général et maire adjoint à la Ville de Moncton, se dit très heureux que la marche ait été une véritable réussite.

«Je suis sur mon cinquième mandat et je ne me souviens pas d’avoir vu autant de gens dans l’espace extérieur de l’hôtel de ville», confirme-t-il

La municipalité avait déclaré en avril l’urgence climatique et avait entériné une motion ayant pour but d’atteindre un échéancier de zéro carbone d’ici l’an 2050.

«La Ville de Moncton a besoin de vous afin d’atteindre l’objectif fixé par notre échéancier de la déclaration d’urgence climatique», a-t-il lancé à la foule.

C’est à des manifestants motivés qu’il a expliqué l’importance cruciale d’une campagne d’information sur les changements climatiques. De cette façon, les citoyens ont l’information en main pour passer à l’action, selon lui.

Il a d’ailleurs livré un fervent discours envers la désinformation publiée dans certains médias sur les changements climatiques, originaires des entreprises de pétrole.

«Il y a systématiquement de la désinformation publiée dans n’importe quel média par les entreprises pétrolières, par les super riches qui contrôlent les médias, surtout au Nouveau-Brunswick», s’écrie-t-il devant une foule qui l’a acclamé.

«Il faut transformer notre écoanxiété en action concrète, c’est la seule façon», ajoute-t-il.

La mairesse de Moncton, Dawn Arnold, a réitéré le rôle de la municipalité dans leur décret d’urgence climatique.

«Les changements climatiques sont réels! C’est pourquoi toutes les décisions politiques sont prises en considérant les changements climatiques», assure-t-elle.

Elle explique que des panneaux solaires seront notamment installés à la plage du Centenaire. Mme Arnold croit aussi qu’il faudrait favoriser le transport actif.

«Nous avons besoin de plus de pistes cyclables», a-t-elle hurlé.

Elle incite d’ailleurs les citoyens à penser aux différentes options qu’ils ont devant eux le 21 octobre.

«Soyez certains que vous faites des recherches et que vous votez», fait-elle valoir.