Chantier majeur sur la rue principale d’Atholville

La rue Notre-Dame d’Atholville aura les allures d’un véritable chantier de construction d’ici quelques jours, et ce, pour une période minimale d’une semaine.

Et ce chantier fera en sorte que la circulation sera vraiment difficile sur ce tronçon, soit entre les intersections Beauvista et St-Patrick. En fait, cette portion entière sera complètement fermée à la circulation.

Le problème vient du fait que les traverses souterraines servant à l’évacuation des eaux de surfaces datent d’une soixantaine d’années et plus et qu’elles sont construites en bois. Avec le temps, certaines d’entre elles se sont grandement détériorées, causant du coup des risques d’affaissement.

La problématique est d’autant plus sérieuse que la rue Notre-Dame est la voie d’accès principalement empruntée pour se rendre au parc industriel ainsi qu’à l’usine de pâte AV Cell, ce qui signifie que plusieurs camions lourdement chargés y circulent.

Un total de 14 traverses du genre se trouvent sur le territoire de la municipalité. Trois sont actuellement problématiques et requièrent des travaux de remplacement. Les autres demeurent sous surveillance. Si elles doivent aussi être remplacées éventuellement, elles semblent, pour le moment, relativement en bon état.

«C’est un projet majeur qui causera certains inconvénients aux gens et commerces de ce secteur, et c’est pourquoi on s’est assuré qu’il ne dure pas longtemps. On veut ainsi minimiser les impacts. On espère qu’il sera complété en une semaine, sinon quelques jours supplémentaires tout au plus», explique le maire Michel Soucy, notant que les trois sites seront attaqués en même temps.

Ce souhait d’aller rapidement avec les travaux concorde également avec l’arrivée imminente du temps froid et de la fermeture des usines de fabrication d’asphalte.

La facture pour le remplacement de ces trois traverses sera par ailleurs salée. Le maire estime que le projet pourrait grimper à près d’un demi-million de dollars.

«Ça fait plusieurs années maintenant qu’on demande au gouvernement (provincial) d’agir et de réparer ce tronçon, mais ça ne bougeait pas. Et plus tôt cette année, une petite partie de la route s’est affaissée pour cette raison sans toutefois causer d’accident. La dernière chose que l’on voudrait, c’est que ça s’effondre et qu’il y ait des gens qui se blessent. Le gouvernement a donc consenti à nous fournir les fonds nécessaires pour réparer les traverses problématiques», indique M. Soucy.

Les travaux débuteront la semaine prochaine.